Rendre sensibles les flux élémentaires : exercice pratique

Lors du Séminaire annuel 2022 d’OCAPI nous nous sommes livrés à un atelier graphique. L’objectif proposé est de se réunir en petits groupes pour imaginer et représenter graphiquement une évolution des systèmes alimentation/excrétion vers plus de sobriété et de circularité. C’est aussi l’occasion de tester des modes de représentation des flux. Trois échelles sont considérées : à l’échelle du bâtiment, du quartier (la cité Descartes), du territoire (Marne-la-vallée).

Avec Alexsandro Arbarotti et Etienne Dufour nous avons tenté de représenter les flux de matière organique à l’échelle de l’agglomération de Marne-la-Vallée. Territoire mi-vécu, mi-rêvé, qui se révèle ici sous l’œil interrogateur d’un poisson et à travers les intestins d’un travailleur de la métropole, Monsieur X.

Sur un territoire donné, les flux élémentaires circulent de différentes façons, en mouvements plus ou moins denses, plus ou moins linéaires, circulaires. Et si l’on représentait ces flux comme une danse tourbillonnante qui passe à travers les êtres, les humains, les vivants de manière générale, le sol, la route, la rivière ? qu’est-ce que cela donnerait ?

En nommant le personnage X, nous faisions ici hommage involontaire à Aldo Leopold, pionnier de l’environnementalisme et son Odyssée, publiée dans l’Almanach d’un comté des sables, en 1949. Son texte relate le bouleversement du cycle de l’azote dans les écosystèmes prairiaux des grandes plaines Américaines, à l’heure de leur mise en culture intensive. En suivant pas à pas à travers les siècles le parcours d’un atome nommé, justement, X, il nous fait percevoir la complexité des circulations de matière entre les êtres vivants et avec leur environnement. Il nous fait également comprendre que c’est, notamment, en appauvrissant et en simplifiant ces circulations, que la monoculture et l’usage massif d’engrais de synthèses fragilisent les écosystèmes.

“cela circule, cela tourbillonne…”

Mais revenons au XXIème siècle ainsi qu’à notre vallée sur les bords de Marne. Revenons au problème de la linéarité actuelle des flux de matière selon la séquence champ > ville > égout > rivière…

“Un territoire limitrophe entre ville et campagne. Une rivière au milieu et dans la rivière, un poisson se pose des questions : mais d’où vient cette cascade de caca-nourriture[1] qui se déverse sur moi à longueur de temps ? Il y a, je le vois bien, autour de ce cours d’eau des milieux différents : friche et prairie, forêt, verger, herbe à brouter par les vaches laitières. Dans ces contrées, cela circule de l’un à l’autre, ça je le vois. Par le truchement de l’oiseau qui du haut de sa branche laisse choir sur le sol une fiente. Par l’entremise des restes de luzerne fanée qui se décomposent et que les lombrics entraînent feuille morte après feuille morte dans les profondeurs du sol. Par la grâce de la jeune crosse de fougère croquée par le chevreuil. Par la puissance du champignon qui ouvre son chapeau à l’abri de la canopée et lâche ses spores en plein vent…bref, le flot m’emporte. Cela circule, cela tourbillonne. Cercles et spirales, toiles denses d’échanges de matière. Mais j’aperçois au loin un exploitant agricole. Des denrées à exporter depuis les zones cultivées.

On pourrait rêver dans un monde plus doux, hier, demain, d’un paysan, d’un pot à lait, d’un panier de pommes, d’une tranche de brie de Meaux et d’une miche de pain…Mais en attendant, voici venir le flux alimentaire unidirectionnel : direction le supermarché. Ce sont des citadins qui vont manger cela. Comment vivent-ils ? Prenons l’exemple de Monsieur X, grutier. Il prend le RER pour se rendre sur son lieu de travail, chantier de construction d’un nouvel immeuble de bureau non loin de la nouvelle gare de Noisy-Champs. Il file tout droit. Une fois le chantier fermé pour la nuit X va faire ses courses dans le supermarché EL CAMPO. Il achète une barquette de pommes et une brique de lait, figées sur étagères.

Tout cela a été livré tout droit par camion via les bretelles autoroutières adaptées jusqu’à la ramification la plus fine, quai de déchargement ad-hoc, logistique du dernier kilomètre. Il mange sur un banc de béton rectangulaire, près d’une rangée d’arbres d’alignement aux racines plongées dans quelques mètres cubes de terre végétale amorphe. Les pommes cireuses ont fait cailler le lait et la flore intestinale d’X, fragilisée par son ingestion constante de biocides en trace, se met à grincer. Direction la pharmacie pour trouver un remède : nausée, constipation, mal de tête ou diarrhée, il existe une pilule pour chaque chose. Rentrer, maintenant. Dans un wagon du train rempli de gens, eux-mêmes remplis de nourriture, que leurs communautés bactériennes internalisées décomposent courageusement.

Chacun ensuite sur sa chaise percée se soulagera le moment venu, et…Voici venir le flux excrémentiel unidirectionnel : direction les égouts et la station d’épuration. Direction la rivière et les algues qui s’en gavent et là-dessous le poisson, qui se pose vraiment des questions.”


[1] Agglomérat sémantique pouvant désigner les flux de matière organique ainsi que de nutriments élémentaires (azote, phosphore…). Le caca-nourriture est aussi ce qui, d’un être se dégradant, devient ressource pour le suivant.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Legrand (14 mars 2022). Rendre sensibles les flux élémentaires : exercice pratique. Aux toilettes... et après ? Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3s0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search