Les toilettes à l’école : une question enfin publique ?

En 2019, la publication d’une campagne de communication sur le manque d’hygiène des toilettes en milieu scolaire a attiré mon attention par sa bizarrerie. En effet celle-ci provenait, non de l’Education Nationale ou d’une association de parents d’élèves, mais d’une major des produits d’entretien ménager.

Ainsi cette année-là, pour la journée mondiale des toilettes, une série d’articles de presse revenait, notamment dans journal le Parisien[1], sur une enquête d’opinion IPSOS pour l’entreprise Harpic[2], à propos de la qualité des toilettes en milieu scolaire. Résultats alarmants, pointant du doigt conséquences psychiques et physiques. Deux ans auparavant une autre enquête sur le même thème avait été produite par un autre institut de sondage (HARRIS) pour une autre entreprise spécialisée dans les produits d’hygiènes (Essity)[3].

Harpic est surtout connu pour ses gels de nettoyage de WC, Essity possède notamment la marque de papier toilette Lotus… Comment se fait-il que ces entreprises se saisissent du sujet des toilettes en milieu scolaire ?

Un problème déjà bien incrusté

Suite à l’étrange affaire Harpic, une brève exploration du sujet m’apprend que la question des toilettes à l’école est un problème récurrent et ancien, un serpent de mer qui couve depuis plusieurs décennies : on trouve déjà en 2001, un rapport professionnel de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique : « les toilettes à l’école, enjeu de santé publique ».

En 2003, un rapport est produit par une association de parents d’élèves, la FCPE Ile-de-France. D’autres rapports locaux suivront au fil des années (par exemple par la FCPE du département du Rhône en 2014). Des alertes sont également lancées à l’échelle d’une école, par voie de presse[4] ou sondages locaux. Le Ministère de l’Education nationale publie finalement une notice. En 2017, le Centre National d’Etude des Systèmes Scolaires diffuse les résultats d’une étude fouillée sur le sujet[5].

Les difficultés sont nombreuses. Cela concerne d’abord des questions matérielles : le manque de papier toilette ou de savon pour les élèves, lié à des difficulté d’approvisionnement des écoles en produits d’hygiène, celle du nettoyage pas assez régulier par manque de personnel, celle de la vétusté ou du trop petit nombre de toilettes, des portes qui ferment mal, etc.

S’y ajoutent des problèmes d’intimité, du fait notamment du jeu consistant à surprendre l’enfant de la cabine d’à côté en montant sur le siège pour le ou la regarder. En outre, les garçons ayant le choix entre urinoir et cabine sont plus exposés au regard des autres et au dévoilement de leur intimité (en somme, tout le monde sait quand quelqu’un a envie de faire caca). Allant plus loin, cela peut devenir un vrai problème de sécurité chez les adolescents (agressions physiques, agressions sexuelles).

Le constat est donc posé. Les sanitaires font partie des points noirs de l’univers scolaire, provoquant des problèmes de santé au niveau de l’appareil digestif et urinaire chez certains enfants, et une gêne chez beaucoup d’entre eux. Les toilettes sont le parent pauvre de l’architecture. En milieu scolaire en particulier, lieu d’apprentissage et de découverte de la vie en groupe, elles méritent bien plus d’attention que celle qui leur a longtemps été accordée.

Communication liée au programme “A nous les toilettes” initié par Harpic

Des partenariats public-privé au petit coin ?

Les deux sondages produits à l’initiative des majors de l’hygiène ne font que suivre la trace des alertes et des résultats de travaux déjà anciens, une vingtaine d’années pour les plus vieux. Les problèmes pointés du doigt sont absolument les mêmes. Quel est donc, dans ce contexte, l’objectif de ces entreprises ?

On peut déduire du lancement de ces deux enquêtes quasiment identiques à peu de temps d’intervalle, la chose suivante : elles correspondent à une opportunité de positionnement d’entreprises relevant du secteur marchand, ici spécialisées dans les produits d’hygiène, comme structures accompagnatrices de l’action publique, ici en matière scolaire. Ce constat soudain médiatisé du manque d’hygiène aux toilettes est de fait un signe…de la libéralisation du secteur éducatif. Ainsi, le programme d’action porté par l’entreprise Harpic, « A nous les toilettes »,  se présente comme une démarche collaborative, qui vise à impliquer « collectivités locales, les enseignants, les organisations de centres de loisirs et les parents d’élèves afin de pouvoir mener des études terrain et des expérimentations qui permettront de délivrer des réponses concrètes ». Elle se donne pour but « daméliorer l’usage des toilettes à l’école et de contribuer à faire émerger des solutions pour inciter les enfants à s’y rendre plus facilement »[6]. Première étape de ce programme, la diffusion par HARPIC de clips de sensibilisation télévisuels sponsorisés, où trois enfants très photogéniques expliquent en deux minutes tout ce qui ne va pas selon eux. Mise en scène au millimètre.

Si cette saisine d’une question publique touchant les enfants par une structure marchande peut sembler éminemment problématique, le fait est que sa puissance de frappe est pourtant indéniable. Fallait-il que ce soient les producteurs de papier toilette et de détergents qui s’en saisissent pour que ce problème public perce l’écran ?

(c) Agathe Chiron, Faire Salon aux WC

Certaines collectivités locales prennent le sujet au sérieux de manière plus discrète mais peut-être aussi plus rigoureuse. Ainsi, le conseil général des Pays de la Loire a commandé en 2020 une étude à une designer, associée à une anthropologue, pour repenser les « enjeux des sanitaires au collège ». Celle-ci rend une étude qualitative fouillée additionnée de fiches pratiques sous le titre « Faire salon aux WC ». Elle y travaille notamment sur la question du genre et des sociabilités : les toilettes sont en effet aussi un lieu où l’on se retrouve pour discuter, mais aussi, ou encore faire de la musculation sur les montants des portes…[7] Comme on peut le lire dans le compte-rendu du projet : « Les adultes cantonnent les sanitaires à leur fonction physiologique et négligent l’aspect social des relations qui s’y jouent quotidiennement. »

De même en 2021, la Ville de Paris s’est saisie du sujet en école primaire avec le CAUE 75[8] : cette étude qui doit durer trois ans, vise à mener des expérimentations in situ, aussi bien en termes d’usage que d’ergonomie pour les personnes chargées de l’entretien et enfin, sous l’angle écologique (économie d’eau, et qui sait, collecte de ressources…). Affaire à suivre !


[1] « Pourquoi les enfants continuent de bouder les toilettes à l’école » , Le Parisien, 19 novembre 2019.

[2] https://www.ifop.com/publication/lhygiene-des-toilettes-a-lecole/

[3] https://harris-interactive.fr/opinion_polls/etude-sur-lenjeu-des-toilettes-a-lecole/

[4] « A l’école les élèves évitent d’aller aux toilettes » , Le Monde, 28 janvier 2008 ; « Sale note pour les toilettes à l’école » , Le Parisien, 22 novembre 2017 ; « Clamart. Les toilettes de l’école des rochers révoltent les parents » , Le Parisien, 23 janvier 2019.

[5] https://www.cnesco.fr/fr/qualite-vie-ecole/architecture-scolaire/

[6] https://www.harpic.fr/anouslestoilettes/le-programme/

[7] Chiron, Agathe. « Comprendre et questionner les enjeux des sanitaires de collège en Loire-Atlantique (44) ». Étude. Consulté le 16 février, 2021. https://agathechiron.dphoto.com/album.

[8] Les Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement sont des services publics locaux qui accompagnent les collectivités locales, notamment via la production d’étude et d’expertises.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Legrand (18 avril 2022). Les toilettes à l’école : une question enfin publique ? Aux toilettes... et après ? Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3s1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search