Nos corps encore humains : épisode 1. FEED-IT.

Exercice de mise en perspective de la prospective, l’écriture de fiction nous entraine sur des sentiers encore non fréquentés, et parfois infréquentables.

Voici le premier épisode d’une série de nouvelles qui explorent les devenir de nos corps. Nos corps, matières premières et ressources ultimes de la bio-économie. Nos corps, source d’invention et d’agir en commun. Nos corps encore humains.

FEED-IT

L’hologramme se brouille un instant. Puis il poursuit :

– Mon cher Anatole, nous allons devoir réexaminer votre contrat. Votre régime alimentaire a beaucoup changé ces derniers mois. La matière que vous nous fournissez a perdu en valeur brute. Avez-vous rencontré des difficultés d’accès aux protéines ?

– c’est que ma femme a perdu son emploi. Les prix de FEED-IT à l’entrée ont augmenté, aussi. On a dû réajuster les rations.

L’hologramme produit machinalement de petits bruits de bouche pour l’inviter à poursuivre. Anatole s’exécute :

– Notre appli de cuisine nous a alerté : « régime non optimal », qu’elle dit. Mais on a du mal à joindre les deux bouts, vous comprenez. Optimiser, là, on peut vraiment pas.

– Bon, je vois. Malheureusement, vous risquez de rétrograder en catégorie 3. Je crois que vous savez ce que ça implique.

Anatole réprime un gémissement : « Laissez-nous un peu de temps … »

– Ne vous en faites pas, Anatole.

Le slogan de FEED-IT se sur-imprime dans l’air, en lettres bleues brillantes, devant le front du conseiller :

« …Notre compagnie vous accompagne. Notre compagnie vous accompagne. Notre compagnie vous accompagne. Notre compagnie vous accompagne. Notre compagnie vous accompagne… ».

Un bip. Arrivée de message

– Voilà. Jetez un œil à votre assistant. 

Anatole jette un œil à sa tablette posée sur la table. Un fascicule est apparu en pop-up à l’écran : « Contrat de rattrapage »

– FEED-IT vous prête la quantité d’intrants nécessaires pour rééquilibrer le régime. Huit semaines devraient suffire pour vous rétablir. Le temps que votre compagne retrouve un poste. C’est la moyenne dans sa profession. Qualité de base. Au niveau gustatif, ce n’est pas retravaillé. Mais ça donne les mêmes résultats en sortie. Evidemment je vous fais confiance pour ne pas verser dans le marché noir. La fraude laisse des traces.

Anatole, qui écoute attentivement, commence par se gratter la tête. Ses épaules se détendent un peu. Mais devant le mot « fraude » il fronce les sourcils et reprend sa posture d’alerte. Ne pas baisser la garde. L’autre poursuit sur sa lancée :

– J’attends de vous un comportement exemplaire. Voilà les directives pour ajuster votre activité aux besoins de production. Branchez le module B+accept sur votre appli de suivi corporel et nutritionnel. Elle vous fournira toutes les informations qui vous manquent. Il y a même un chat-bot inclus. Si vraiment ça ne va pas, téléphonez-moi. Je suis là pour ça.

« Notre compagnie vous accompagne. Notre compagnie vous accompagne… ».

Même jeu avec le slogan.

– En somme voilà ce qu’on va vous demander. Pas de mouvement inutile. Ça donne soif. Alors on boit et ça dilue l’excrétat. Ça nous coûte plus cher à traiter. Ça vous fera aussi des économies d’eau, aussi bien en boisson, hygiène, lessive. Ne vous démenez pas trop. Faites ça bien. Suivez les instructions du podomètre et du chronomètre. On compte sur vous. Montrez qu’on peut compter sur vous.

Anatole ne dit plus rien. Mâchoire serrée, il a maintenant une veine qui gonfle au niveau du front. C’est la première fois qu’on lui fait le coup de la restriction de mouvements. Il a appris à cacher au maximum ses expressions faciales, il faut bien, à force de se prendre des coups de bâton on apprend à dissimuler. Mais l’autre a de toute façon un cran d’avance, derrière la caméra qui capte tous les micro-sillons de son visage et les traduit en score émotionnel en temps réel. Lui ne peut se fier qu’à son intuition personnelle, mise en déroute par les manières atténuées de l’hologramme.

CLIC. Conversation terminée.

A la maison il montre le fascicule à Jeanne et à leur fils ado. Puis déclare tout à trac. « Je ne veux pas devenir une gêne et une plaie pour vous. Je vais m’en aller ».

Jeanne reprend : « mais il faut qu’on fasse le calcul. Peut-être que ça peut marcher.

– tu connais mon métabolisme. Si je bois moins c’est la circulation qui va payer. Et ils me signaleront à l’assistance Santé. La prime va augmenter. On ne sait pas comment mon corps va réagir. Il passe son temps à faire le contraire de…

– Je compenserai. Je ne sais pas. Il faut qu’on trouve une…

– Je vais partir.

– Hors de question on y va tous ensemble ou pas du tout. C’est un piège qu’on nous tend. Ils vont voir de quoi les BioHum sont capables. Marre à la fin de se faire traire le lisier comme des vaches à l’étable pour fertiliser les potagers des richards, ils n’ont qu’à utiliser leur propre merde. Merdre à la fin !

– Mais ça ne leur suffira jamais tu sais bien ! Ils en veulent toujours plus. Partir tous, c’est trop risqué. Toi, tu es en liste d’attente pour un poste et Elliott a l’école encore pour un an. L’année prochaine on verra. Ton corps est plutôt fiable pour une BioHum, c’est pour ça que tu es sur cette liste.

– On en recause demain. Faut quand même que je fasse le calcul. Va dormir un peu, fais un somme, respire…

Anatole s’en va d’un grand rire rauque. Puis il s’écroule sur le canapé. Posée près de lui la tablette s’illumine : “Notre compagnie vous accompagne. Votre application de monitoring onirique a été mise à jour. Faites-de beaux rêves, Anatole.”



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Legrand (3 mai 2022). Nos corps encore humains : épisode 1. FEED-IT. Aux toilettes... et après ? Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3s2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search