Humus humains

De la recherche académique au spectacle vivant il n’y a qu’un pas. Pourvu qu’on admette qu’il est toujours question d’une manière ou d’une autre de se plonger dans le monde toutes écoutilles dehors, puis de mettre en scène le produit de son exploration. Chaque discipline, ensuite, a ses normes d’écriture, qu’il nous est agréable, parfois, de transgresser.

Ainsi est né Humus Humains. Ce “spectacle scientifique” a été créé en 2019 à la suite de l’exposition Ceci est mon corps, au centre Tignous, à Montreuil, à l’invitation des designers Chloé Adelheim et Louise Raguet. Sa création a été l’occasion d’une baignade collective à la confluence entre poésie cellulaire et voyage cosmique. Humus humains est une expérimentation collective portée avec Fabien Esculier, biogéochimiste, et Bojidar Langevin, accordéoniste. Retrouvez ci-dessous l’introduction du spectacle, que j’ai eu grand plaisir à écrire.

Humains, tendez l’oreille !

Humains, ouvrez les feuilles de chou !

Ecoutez ce que nous dit Primo Levi, écrivain et chimiste du 20ème siècle. Il est surtout connu pour son récit des camps de concentration Nazi mais a aussi écrit un livre fameux sur les éléments chimiques qui peuplent notre histoire : le système périodique. Voici donc : « C’est ainsi que fait la nature : elle tire la grâce de la fougère de la putréfaction du sous-bois et le pâturage du fumier » 

Du fumier, la grâce de la fougère ? La grâce de la rhubarbe, de la primevère ? De fumier ? Et puis celle des moustiques, des acariens, des chats des chiens des crocodiles…Tout cela proviendrait de la putréfaction du sous-bois ? Si je comprends bien Primo, alors…De la dégradation de ce qui précède nait l’aliment de ce qui suit.

Ainsi va la vie. Par le chemin des aliments. Comme dirait l’autre il faut manger pour vivre, et pourquoi pas d’ailleurs, vivre pour manger. La vie par l’aliment traverse le pain le beurre les carottes râpées les fondants au chocolat et aussi, et aussi les humains que nous sommes.

Les Humains. Humus. Humeur. Que nous sommes.

Humain. Humus notre racine. Certains disent aussi maintenant Terriens, nés de la terre. Par opposition aux martiens que d’autres rêvent de rencontrer. Terriens nés de la terre. Ou plus exactement de la litière. Sommes-nous « litièriens » ? : le lit des champs et du sous-bois. Entre cueillette et culture, entre élevage et abatage. Des chairs mangées. Des chairs mangées et de l’eau bue. Les rivières aussi ont leur lit, l’eau s’y baigne et nous en elle. Plouf. Terriens nés des rivières, baignés aux rives de leurs lits de rêves. Installer un campement. Pour faire l’amour et la vaisselle, et puis le feu et la pagaille.

Humain. Humus. Humeur. Emotions changeantes, inconsistance du caractère. Mais aussi, et de la même manière, inconsistance de la chair. La vie comme cette traversée délicieuse vouée à se déliter. …c’est-à-dire que les cellules d’un corps de mammifère comme le tien, le tien, et le tien, se renouvellent en permanence. Il y a trois mois, il y a trois secondes, tu n’étais pas le même. Dans trois secondes, trois mois, trois ans, tu auras encore changé. Ça pousse vite un humain bien nourri. Ça pousse vite comme le riz dans sur les rives du Nil, irrigué des limons charriés par le temps. Des poussières de présent. Dans mes bras et mes jambes, il y a des rivières, qui traversent, qui arrivent et s’enfuient. Et dans le bas du corps, j’ai mon propre delta.

Alors voilà, dans le fond, ce que nous dit Primo Levi.

Tous les êtres vivants, y compris les humains, sont faits des mêmes éléments qui circulent, constamment recyclés. Que l’on vive dans l’air, dans l’eau, dans le sol, d’immenses réseaux alimentaires nous relient. Plantes, prédateurs et parasites, décomposeurs.

Prédateurs, qui mangent les autres par l’extérieur, en entier. Parasites qui mangent leur proie par l’intérieur, par petits bouts. Décomposeurs qui mangent leur nourriture déjà morte. Enfin les plantes elles, qui ne mangent habituellement pas d’autres êtres vivants mais seulement des minuscules briques minérales (azote, phosphore, carbone, oxygène…). Elles les assemblent ensuite, elles les soudent en quelque sorte, grâce à l’énergie fournie par l’âtre céleste. L’astre brûlant. En somme grâce aux feux du soleil.

Chacun chacune, quand il respire et quand elle mange, quand il et elle font leurs besoins, et pour finir, en abandonnant leur corps mort aux besoins des vivants, coopère à une grande ronde commune. Elle qui nous dépasse et nous relie tous et toutes.

Cette biosphère nous enveloppe et nous traverse. Comme une toile puissante et douce, un entrelacs de fils.

Or, si la vie forme tissu, de quel genre de fibre celui-ci est-il fait ? Ecoutons encore Primo.

« La matière est matière, ni noble ni vile, transformable à l’infini, et son origine proche n’a aucune importance. L’azote est l’azote, il passe merveilleusement de l’air aux plantes, de celles-ci aux animaux, et des animaux à nous ; lorsque sa fonction est épuisée dans notre corps, nous l’éliminons, mais il reste toujours azote, aseptique, innocent. »

Un verre de cette eau pour étancher ma soif. Un quignon de ce pain pour apaiser la faim qui tiraille mes entrailles creusées par la marche. De quelle substance cet estomac distendu … ? La faim s’apaise comme l’éphémère lueur du papillon de nuit qui brûle sur l’ampoule. Voici une nuée de jeunes grenouilles au bord de la mare, formes changeantes de l’Organum où nous nous envolons, petites notes de musiques prises un temps dans la chair.

Vaste, ronde, informe et abyssale, la matière qu’en ce corps je capture, j’agglutine, je conserve, momentanément.

Que demande le peuple ? Du pain, du beurre, une tranche de rôti. Nourri de gaz et de pétrole, d’air explosé dans une tuyère et injectée dans les tissus d’un végétal mobilisé pour la course à la croissance de la tige et du grain. Bien droit sur le rang.

Tant de devenirs possibles pour chaque corps exclu de mon corps. L’eau ou le sol ? L’air également. Il y a ce qui coule et tombe, ce qui jaillit, ce qui s’accumule dans les coins et ce qui s’évapore et file à travers les cieux : ces vapeurs invisibles qu’exhale mon museau… je les laisse à leur jeu, vers les nuées de feuilles, vers les plantes qui boivent la lumière et du même temps se gorgent de ce que j’expire…le jus exprimé des poumons, le gaz dit Carbonique, brûlure dernière des organes, tissus, cellules…moteurs à explosion.

Mais revenons à la chute sempiternelle des produits de la digestion.

Le tout est de choisir : qui souhaitez-vous nourrir ? Avec ce qui dégouline dehors depuis le dedans de vous ?

Référence :

Primo Levi, Le système Périodique, p.195 et suiv.

Image : Louise Raguet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search