J’ai de la terre dans l’estomac

Complément à l’introduction d’Humus humains.

Tentative, ici, de donner forme à un flux modeste de mots qui pourrait sourdre des entrailles la croûte terrestre.

“J’ai de la terre dans l’estomac. Mon antre digère ça. J’émerge du travail de mes propres entrailles. Glaise pétrie de mille feux. Friable, instable. En mouvement constant. Je me dissous et me répands. A chaque seconde comme à l’instant de ma mort, en mille infimes lambeaux. Je deviens la pâture d’autres chairs. Une braise après l’autre, nous entre-dévorons nos bienfaisantes chaleurs.

Transit interne, transit externe. Assemblages momentanés de ce qui circule, molécules, véhicules.

J’ai de la terre dans l’estomac. J’ai la Terre dans l’estomac. La planète entière. Les ondes immenses du ventre, du ventre vert et bleu d’un grand dragon femelle.

Un dragon ? Et pourquoi pas après tout.

Ce qu’il y a, c’est que l’on ne sait que ce que l’on croit.

Alors chez nous l’on croit savoir que les forêts, les fougères, les bactéries sont comme des zones industrielles, où se transforme la matière. On croit savoir que la terre est une chaudière à gaz, un compte en banque, un capital à partager. Or littéralement, SCIEN-TI-FI-QUE-MENT parlant, la terre n’est évidemment pas un compte en banque. C’est une énorme masse de roche en fusion à la croûte grouillante de vie.

Alors, SCIENTIFIQUEMENT, en quoi serait-il moins juste de comparer cette dame de pierre et d’eau à une géante endormie, un grand dragon veillant sur son secret ?

Nous passons notre temps à comparer les arbres à des pompes à carbone, les cellules à des usines sucrières.

Donc, la Terre, oui : ventre vert et bleu d’un grand dragon femelle.

Or, cette mère légendaire presque effacée des songes, voici que ses enfants lui fouraillent la panse comme si pour eux elle n’était rien qu’une chose presque déjà morte, et dont pourtant ils attendent tout.

Alors ils la surveillent. Ils la sanglent. Ils l’équipent de capteurs. Bip bip, est-ce que le cœur tient le coup ?

Et ils continuent à lui fouiller les chairs à la recherche de ce qui reste à sortir de là. Avec tout ce qu’ils ont sous la main. Avec des outils de plus en plus grands, de plus en plus déterminés à en finir. Ils l’éventrent à la dynamite pour utiliser telle ou telle partie d’elle.

Le ventre de la terre, à ciel ouvert.

Or moi, j’ai la terre dans l’estomac. Et au-dedans de moi de sentir tout cela, cela trace une grande déchirure.

Toi qui m’écoutes, dit la terre. Toi qui m’écrases sous le poids des roues de ton engin, sous le volume de ta voix, sous la force de tes muscles et de tes mots savants.

Je sais que tu m’aimes un peu quand même, que tu as pour moi une fade affection… Pour mes forêts millénaires, mes fleurs éphémères, mes papillons nacrés, bleus, jaunes, bruns, au vol si doux. Qui s’écrasent dans tes phares. Tous ces trésors infimes, grandioses qui te semblent gratuits et infinis encore. Paillettes nacrées de ta puissance. Or, si c’est gratuit, dit-on, si c’est gratuit, c’est toi le produit.

Et c’est un corps que tu as sous les pieds. C’est notre corps distribué. Un seul corps fait des multiples mailles de nos chairs singulières.

Ecoutons, à ce propos, notre ami Elysée Reclus. Dans Histoire d’un ruisseau, publié en1869, il dit bien cela :

« À toute heure, à tout instant, un corps humain, simple mille millionième de l’humanité, s’affaisse et se dissout, tandis que sur un autre point du globe un enfant sort de l’immensité des choses, ouvre son regard à la lumière et devient un être pensant. De même que dans une plaine, tous les grains de sable et tous les globules d’argile ont été roulés par le fleuve et déposés sur ses rives, de même toute la poussière qui recouvre le globe a coulé avec le sang du cœur dans les artères de nos ancêtres. »

Or, des sources jusqu’à la mer, nous aspirons le jus des sources pour le cracher un peu plus loin, chargé de diverses scories du quotidien : restes de peinture waterproof lavées au white-spirit, caca du matin, vomi, vernis, fond de cuve à fuel dégazée, eau de cuisson des moules et shampoing. Dans le fond, ce petit cycle de l’eau, dit aussi sobrement « domestique », c’est l’histoire d’une accélération, d’un gonflement constant des flux. Ils coulent d’ailleurs plutôt en ligne droite. Une ligne droite, ornée de milles diverticules qui enflent…

Et pendant ce temps-là la substance de nos ancêtres persiste à palpiter dans le sable des plages…”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search