Nous corps encore humains, épisode 4. Sanicopain

Ce jour-là, personne n’a débarrassé la table du petit-déjeuner. Samir l’a mauvaise. Et personne pour le réveiller. Ils sont tous partis. La table est jonchée de miettes. Merci les copains. Coup d’œil à l’horloge qui tique-tique sur le mur jaune paille. Onze heure. Tout ce silence. Et dehors le merle qui s’époumone. Une demi-douzaine de moineaux qui paillent par-dessus…Au loin, la flûte ébréchée du rouge-gorge… La tête prise dans l’étau des gueules de bois des grands jours, Samir s’affale sur une chaise, la tête dans les mains, les coudes sur la table, après avoir récupéré les miettes au creux de sa paume pour les jeter aux oiseaux. Les piafs sont contents. Mais alors, ils chantent encore plus fort, ça lui résonne dans l’occiput et le cortex. Aïe ! on dirait qu’ils se sont mis d’accord pour lui vriller les neurones. Samir se laisse happer par le son. Cris, frôlements, cliquetis. Le paysage s’étoffe et s’agrandit. Plongée dans les profondeurs de l’air. Enfin, ça s’éclaircit un peu. Les copains sont partis, oui. A l’aube, semble raconter le merle. Mais ce n’est pas le merle qui parle à l’oreille de Samir c’est juste l’air, et surtout, son enregistreur temporal personnel modèle 2034.8, qui fonctionne toujours, et capte les petits restes de microbes et les bribes de mots passés par là ces dernières heures.

Donc ils ne sont pas loin. Sans doute sur le Périph’ à cueillir le tilleul et ce qu’ils pourront trouver de bon sur les terre-plein. Samir se lève, péniblement, jette un œil dans le panier à œufs suspendu près de la fenêtre. Il en reste deux, de quoi se remettre un peu de sang dans les veines. Avec une tranche de pain grillée à la poêle, ça ira bien. Puis il partira à la pêche. Il parait qu’il y a des truites dans le ruisseau de Belleville.

*

Samir sort avec précautions de l’immeuble. Il tend l’oreille. Il reconnait les hurlements aléatoires des verrouillages blindés. Les crépitements des pétards sur le pavé. L’absence de toute autre présence. Tant d’années après la mise à l’arrêt forcée du système, ça continue à tourner en automatique. Il n’y a plus grand monde ici pour voir ce qu’il est advenu du MOI (Maintien de l’Ordre Intelligent). La machine est en grande partie à l’arrêt. Les mailles qui s’entretiennent encore d’elles-mêmes forment un tissu relativement lâche, assez pour espérer y échapper en prenant les précautions suffisantes.

Trouver à manger demande de l’astuce et de la patience. Mais il y a en général assez pour tout le monde. L’assemblée des Rues Toits Jardins s’arrange pour cela. Samir se dirige vers le ruisseau formé par la rue de Belleville éventrée. Faudrait quand même faire attention à ne pas déclencher une mine analytique antivirale, une de celles qui sont encore actives dans le quartier. C’est pas le moment de passer mon envie de pisser au pied d’un mur. Si vous avez le malheur de vous soulager sur une mine, vous êtes bon pour la traque…

Ce qu’il y a avec le MOI c’est qu’on ne peut pas complètement le désamorcer, il faut attendre qu’il s’use, s’use, jusqu’à s’effilocher entièrement. Alors seulement la République Immunitaire pourra être déclarée caduque et on pourra passer à autre chose. Un drôle de bruit d’insecte. Samir se planque dans une encoignure. Un drone erratique survole le secteur, le haut-parleur crachote des paroles sans suite. Samir croit reconnaitre des bribes de la fable « Dialogue du poète et du policier »

« – Quand saurons-nous enfin la boucler, la boucler cette boucle, ce frisotis chamarré sur la chevelure du temps ?  

– Ça commence à bien faire, ça va barder, hein, vous m’entendez ?

–  Le grand ministre ne disait-il pas : « Quand le jour tarde à refroidir ses élans venimeux, alors le lard s’étale entre les gonds de la porte cochère » ? Suivez son vertueux conseil.

– On moufte pas, j’ai dit ! »

Oups. Le drone a repéré le signal personnel de Sam. Dommage de gâcher une flèche pour ça. Il vole assez bas. Une pierre fera l’affaire. Impact. La bête tonitruante, une aile en moins, part en torpille se perdre dans les ruines. 

*

La pèche a été bonne. Le soir venu, comme les copains ne sont toujours pas revenus (mais où sont-ils passés nom d’une Javel !) Samir propose à son voisin du dessus de tailler le bout de gras et de faire la causette. Il toque à sa porte. Le voisin lui offre pour commencer son large sourire barbu, lippu.

Pas si longtemps après, avec le vieil homme ils s’attablent autour d’un plat fumant de truites grillées, farcies aux . Le temps de cuisiner ils ont déjà remonté le fil de l’histoire de quelques décennies et Samir enchaine les questions.

On ne voit pas grand monde dans le quartier ces temps-ci. Alors il se rassasie du visage et des mots, des expressions anodines du voisin, du moindre de ses tics. Humain. Celui-ci, jamais avare, sort de son buffet une bouteille de ratafia maison, à moitié pleine encore, et de sa bibliothèque, une archive. C’est un magazine promotionnel de la chaine de superettes citadines « Consodurable ».

Il embraye et poursuit son récit : « Rappelle-toi, la révolution grise. Plus de politique politicarde ! Enfin le rêve des légendaires Gilets Jaunes réalisé…sauf que. Insidieusement on était déjà passés de la Polis à la Police. Et la Chose publique de la Cité était en quelque sorte déjà phagocytée par la Chose Publi-Citaire. Voilà. Ne restait plus qu’à mettre cartes sur table. Ça a été facilité par la désormais célèbre « crise mystique de la désinfection ». Y’a pas à tergiverser. C’est le nom qu’il faut lui donner. Sainte Javel ornait le rebord de toutes les fenêtres, le tableau de bord des voitures, le plexiglass des caisses, le pavé des rues. Je te laisse te faire une idée de l’impact sur les pratiques de vente. »

Samir jette un œil, puis les deux, au prospectus brillant, couvert d’un film holographique. En un instant la chose, bien étudiée pour ça, avale son attention, entièrement. 

« Ding ! flash info personnalisé. Nouveautés au rayon innovation…

Rayon électro-ménager : Ventre flash de drones pour l’avertissement efficace des populations et des employés de bureau, avec voix synthétiques activables à distance et modulables par public cible. Elles murmurent à l’oreille des visiteurs parasites des messages tour à tour apaisants et effrayants. Fonction paralysie et fuite à toutes jambes en option.

Rayon domotique et soi quantifié : Applications de suivi des contaminations, à ajouter en plug-in à votre suivi podomètrique, avec affichage du score en fin de journée. « Combien de personnes ai-je sauvé aujourd’hui » ? votre score dépasse 18 ! Bravo, vous avez gagné un bon d’achat dans le drive de produits frais le plus proche. Ne tardez pas ! Le persil plat est Notre ami…

Rayon mode : A partir de la semaine prochaine, et grâce à l’implication du fablab textile de votre quartier, il est à présent possible de vous confectionner un masque en quelques instants en mode DIY : le TOP du IN avec ce modèle sur-mesure assorti à votre robe de garden party en lamé du dimanche !

Rayon armes à feu : parlez peu, visez juste. Avec le pistolet à postillon, votre voisin qui vous bégaie dessus ne sera bientôt plus qu’un souvenir !

Rayon hygiène : en avant-première, venez tester cette toute nouvelle technique d’assainissement autonome. Sans raccordement à l’égout, sans sciure, sans odeur. Le Sanicopain. Portable, ultra efficace et discret, une technique éprouvée, soignée, ergonomique et brevetée : une cabine de toilette révolutionnaire qui désintègre la crotte avant même qu’elle n’atteigne le rectum. Avec le Sanicopain, il aucun virus à craindre. Ni en vous, ni hors de vous. N’ayez plus peur de vivre, volez vers l’horizon lointain avec Sanicopain !

Pour le sortir de sa transe publicitaire, le vieux retire doucement l’antique magazine holographique de sous les yeux de Samir qui revient à lui, groggy, un poil assommé. Tout ce lisse et ces refrains syncopés, n’a pas beaucoup de sens. Du moins pas pour ce gamin des rues grandi dans une ville fissurée de partout, percée de trous, de tours immenses et désertes, de quartiers de guingois couverts d’une canopée de catalpas, d’ailantes, de fourrés de ronces et de buddleias. Mais c’est exotique. Ça l’a amusé. Il remercie. Rentre au bercail songer à l’horizontale à la journée suivante. Les copains reviendront sans doute à l’aube. On ira se baigner à la Bastille et piquer des trucs dans les barges amarrées…Mais demain est un autre jour.

*

Exercice de mise en perspective de la prospective, l’écriture de fiction nous entraine sur des sentiers encore non fréquentés, et parfois infréquentables.

Voici le quatrième épisode d’une série de nouvelles qui explorent les devenir de nos corps. Nos corps, matières premières et ressources ultimes de la bio-économie. Nos corps, source d’invention et d’agir en commun. Nos corps encore humains.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search