Marche à la suite des traces métaboliques.

Pendant la conférence de juin 2022 proposée par le Studio Métabolisme de l’Ecole urbaine de Lyon, un groupe de chercheur.e.s s’égaie dans les rues de la ville, à la recherche d’une piste imprécise : les “traces métaboliques”. Quelles marques laissent les multiples transformations matérielles dont une ville peut être le siège, sur les creux et bosses de ses paysages foisonnants ? Ou plutôt, que peut-on percevoir de ces traces lorsque l’on déambule le nez au vent sans connaitre les lieux ? Le champ d’investigation est vaste, l’approche forcément subjective.

Voici le court récit d’une de ces trajectoires, depuis la Salle, vers l’Arrière Salle. Depuis la salle de conférence où se déploie l’analyse collective, vers le port de marchandises, où un gigantesque volume d’objets et matériaux s’empilent et fusent en tous sens.

La Salle est un endroit blanc, propre, muni d’un faux plafond percé de spots. Lumière bleutée. Un projecteur suspendu, un écran, des chaises en plastique et métal, de la moquette ou bien plutôt un revêtement facile à laver, matière indistincte, où l’on déplace seulement ses pieds, sans y prendre garde. Neutralité des matériaux composites. Vide statique. Centralité cérébrale où les conférenciers évoquent depuis deux jours les flux de matières en dessinant au tableau de multiples jeux de boites et de flèches.

L’écran s’éteint. Les groupes se forment. La Salle se vide. Place à la marche.

La netteté, la clarté stérile se dissout tout de suite en sortant. Par terre, ça heurte, alors, la poussière, puis les mégots, le sillage des passants.

Des boites, des flèches…

*

Les feuilles mortes et sèches au pied des arbres. Des feuilles déjà mortes en juin… L’automne est pourtant loin. L’été à peine ouvert. Soleil plombé, jaune tirant sur le blanc. Les jeunes arbres sont à la peine dans leurs bacs de de la taille de jardinières à géranium, proportionnellement. Bacs remplis d’une terre morte prélevée en surface de terres à urbaniser. Je connais des grands arbres qui soumis à ce régime, vont chercher l’eau directement dans les canalisations voisines, jusqu’à les boucher ou les fendre.

Mais où passe l’eau, ici ? La grande fontaine au centre de la place ne coule plus. Au creux du bassin, en dehors aussi, s’étalent quelques mares laissées par la dernière pluie. Les feuilles s’y décomposent en compagnie d’autres débris. Cela pourrait donner une discrète émergence de sol. Il suffirait d’attendre. Un peu plus loin, en contrebas de la coursive, un catalpa a poussé d’une hauteur de deux étages entre le mur et le parapet, issu d’une graine clandestine. Cette portion de rue piétonne reste par ailleurs entièrement minérale, semée de gros galets pris dans la masse d’un mortier, comblant ainsi les vides des bords de la voirie, sans que l’on puisse pour autant s’y allonger. Ceci n’est pas un lit. Circulez, nous disent les galets enlisés loin de la vase de leurs rivières.

Nos pas nous mènent tout droit à l’ancien abattoir immense, élégant vestige du siècle où l’industrie de la viande se déployait là, à la vue, presque au cœur de la ville. Une autre rangée de jeunes arbres occupe la chaussée. Ils perdent eux aussi leurs feuilles. Le sol sableux s’effrite à leur pied. Ici véritable impression de désert, terre poussiéreuse et claire. Tapis d’herbes sèches.

Des boites, des flèches… De la vie qui palpite : l’eau, la sève et le sang.

Près de là, le mobilier tombe un peu en ruine : d’un petit réverbère, il ne reste que les entrailles branchées sur le réseau souterrain. L’électricité coule sous les pieds des passants. Mais quelqu’un a emporté le squelette métallique de la lampe. Pour en faire quoi : un trophée, un gourdin ?

A présent, l’avenue. Elle est en travaux, et le réseau électrique suspendu à de hauts piquets alignés : troncs ébranchés emmanchés dans de gros cubes de béton : ces pieux, autrement dit ces arbres morts, accueillent quelques inscriptions de circonstances électorales. Mais la lutte des classes s’efface avec l’encre des affiches battue par la pluie. A la bombe de peinture rouge, la faucille et le marteau se dessinent encore, encore, se frottent et s’aiguisent à tous les secteurs de la grande ronde marchande.

Ellipse. Façades vitrées, béton et métal brillant. Circulation dense. Parebrises. Pneus. Carlingues entrainées sur l’asphalte.

Le groupe fait halte près du bâtiment en construction d’un laboratoire de biologie. Celui-ci vient remplir une dent creuse couverte de graminées éparses. La strate bâtie participe elle-même d’un transit, stock momentané sous forme de murs et de plafonds. De faux plafonds. De câbles et de tuyaux. De chaises à roulettes. De bureaux. De lampes de bureau.

Or, ce bâtiment disparaitra, aussi, à une échéance impossible à deviner à ce stade embryonnaire. Je parie sur quelques dizaines d’années. Détruit peut-être avec tout ce quartier déserté faute d’accès aux filières industrielles de production de réactifs, ou faute d’énergie pour maintenir les circuits de climatisation et de congélation. Il sera peut-être plutôt, alors, déconstruit pour en réemployer les matériaux, au fil d’une recomposition des lieux à usage d’abri, ou bien rafistolé d’une manière ou d’une autre pour en faire quelque chose de tout à fait différent… peut-être. J’anticipe la mort des quartiers érigés en vitesse lors de la modernité industrielle tardive, et les cabanes qui plus tard s’y logeront. Qu’y a-t-il par-delà l’imaginaire des cabanes et des ruines ? Paysage liquéfié par la boue ou la chaleur intense…

Des boites, des flèches…des immeubles où s’empilent les opérations monétaires et mentales.

Puis le Rhône s’annonce aux abords du port par une voie large comme trois rues, assez large pour faire passer de récurrents amas de marchandises, des gros engins, des grues à assembler, des morceaux de coque de paquebot.

Le soleil se fait de plus en plus écrasant, alors que s’empilent près de nous des montagnes de containers, bien plus hautes que les immeubles du quartier voisin, plus hautes que le stade, même. Monuments sans cesse remués et recomposés au gré des chargements des bateaux, des camions.

Le groupe de marcheurs ne fait plus autant de plaisanteries. La fatigue s’installe. L’itinéraire s’allonge en terrains de moins en moins familiers.

L’un s’est noué une rubalise effilochée à la taille en guise de ceinture, l’autre porte dans un sac ramassé par terre le produit de notre cueillette collective, galet rond, emballage de sachet de thé, billes de caoutchouc vert, morceau de plastique dur, morceau de plastique mou.

Des boites, des flèches… Des conteurs débutants, les poches pleines de débris.

Aux abords de la voie s’alignent maintenant une série de camionnettes blanches, une trentaine, peut-être plus. Certaines semblent désertes, d’autres ont la porte latérale ouverte : une femme se tient debout à l’entrée, peau mate, sous-vêtements blancs. Une autre pianote sur son ordiphone allongée sur sa couchette. Véhicules aménagés en chambres. Des camions trente-trois tonnes sont aussi garés le long de la voie. Les questions échangées avec légèreté par les marcheurs se tarissent tout à fait.

Puis viennent des mots sur les conditions de vie de ces travailleuses. Notre prétention à analyser le paysage se fait dès lors bien plus modeste. Le commentaire fait place à la question : D’où viennent les voitures qui passent ici ? Qui sont les clients des prostituées du port : les routiers, les marins ? Quel accès à l’eau dans ce bordel motel mobile sans aucun sanitaire ? Quelle possibilité de se laver entre deux clients, de faire ses besoins autrement que cachée près des pneus ? Quelle étrange juxtaposition, que cette maison de passe à ciel ouvert entre le port et les terrains de sport où s’entrainent les enfants ?

Voici donc l’Arrière Salle.

Marchandises en containers et corps à consommer. Deux sortes de visage du travail à la chaine. Marins et camionneurs, machines-outils humaines. Et là-dessus l’itinérance généralisée.

Plus loin je ne ramasse pas un préservatif usagé trouvé quelque part sur le bord de la chaussée. Retour à la lente désagrégation des choses. Traces laissés par des scènes précédentes. Il est peu probable que les machines de nettoyage de la commune passent dans ce quartier. J’apprends ensuite que ce sont les cantonniers qui arpentent cette zone à pied, pour la débarrasser de ses ordures de façon manuelle.

Par terre également un coussin sale d’une couleur incertaine, gris, rose, bleu… De quelle scène de conversation molle de fin de nuit, de désir soulagé en vitesse a-t-il été le témoin ? Ou bien encore, qui sait, de meurtre par étouffement ? Entre les marcheurs fusent les idées les plus bizarres possibles : puisqu’il faut imaginer les origines et les destinations des choses…celle-ci aurait pu finir éventrée par un chien, mais nous l’emmenons en guise de preuve de notre passage par ici.

Des boites, des flèches… Des nuits agitées. Des crocs, des couteaux.

En arrivant au bout de la voie, nous bifurquons sur un chemin plus doux, au revêtement plus clair, et dont les larges bordures s’offrent à la prairie. Un bateau de croisière fluviale, amarré le long du quai, attend ses passagers. Une hôtesse patiente près d’un comptoir ambulant : ce dernier, monté sur roulettes, peut accoster à chaque escale avec le personnel de bord. Mobilité du mobilier. Des voyageurs bien mis embarquent pour une descente en chambre, probablement climatisée, jusqu’au bord de la mer, derrière de vastes baies vitrées. Après le quartier du port de marchandises, le contraste ne pourrait être plus radical.

Enfin, au bout d’un minuscule sentier bordé de ronces, le Rhône est là, directement : une petite crique paisible, barrée de bois flotté. J’oublie presque le voisinage des grandes industries chimiques, de l’incinérateur, des exutoires d’usines de retraitement des eaux de tout le long de ce long cours d’eau, le voisinage aussi de l’autoroute à cent mille véhicules, qui traverse la ville, juste sur le quai d’en face.

Le clapotis de l’eau me donne envie d’y tremper les pieds et je laisse filer un instant les myriades de stocks et de flux au bercement des vaguelettes infimes…

*

Sur le même sujet : Rendre sensible les flux élémentaires : exercice pratique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search