L’économie circulaire à l’extrême : le recyclage des cheveux humains

Nb : ce billet a été nourri d’une discussion avec Bruno Tassin.

Une idée commence à faire son chemin. Cette idée selon laquelle les villes seraient des réservoirs de matières secondaires, dont le potentiel reste encore très largement inexploré, pendant que les entrailles de la Terre sont toujours plus profondément éventrées…

C’est le cas en particulier de ces matières issues du vivant, qui viennent peu à peu nourrir diverses tentatives de remplacer les ressources fossiles en voie de tarissement. Matières périssables, puisées non seulement dans les champs, les forêts, les océans… mais aussi en ville.

Partons d’un exemple. Il s’agit d’une jeune entreprise française qui se lance dans le recyclage du cheveu humain. Collecté dans les salons de coiffure, ce matériau d’un nouveau genre est ici utilisé en feutrage, notamment pour fabriquer des « boudins anti-pollution » permettant de limiter l’impact des marées noires sur les côtes. Cette « jeune pousse » de l’économie circulaire a également en vue l’extraction de kératine a usage biomédical.  [1]

Le cheveu humain ! Voici venir l’extension du domaine des déchets organiques recyclables à de nouvelles entités qui passent pour le moment sous les radars. Quel devenir pour les ongles et cheveux humains aussi appelés « phanères » à l’instar des plumes, des poils, des cornes des autres animaux ?

De quelle catégorie réglementaire relèvent ces matières ? De même que pour les excrétats, on peut les qualifier de déchets corporels et contrairement aux organes, au sang et aux cellules germinales (ovules, spermatozoïdes) il n’y a pas de réglementation particulière quant à leur appropriation. En tant que déchet, relevant du registre de l’abandon, elles appartiennent au premier qui s’en saisira pour en faire quelque chose.

Nous qualifierons volontiers d’économie circulaire « extrême » les projets de recyclage qui s’attaquent aux phanères, du fait du rapprochement qu’ils opèrent entre l’industrie du recyclage et les fonctions du corps. Recycler les cheveux humains pour en faire de l’isolant, c’est, certes, faire quelque chose d’utile d’un matériau qui est jusqu’à présent jeté aux ordures ménagères. Mais les cheveux ne sont pas n’importe quel matériau, ils sont chargé d’une certaine densité symbolique.

Ongles et cheveux charrient quelque chose de la personne qui les a enlevés de son corps, à qui on les a coupés. Ainsi certains ne laisseront pas trainer leurs cheveux chez le coiffeur de peur qu’un ennemi puisse s’en saisir pour faire œuvre de magie noire, et de même avec les rognures d’ongle, qui seront enterrées, ou encore détruites par le feu… Citons encore la conservation des boucles de cheveux d’enfant ou encore celle de la natte de petite fille coupée un jour d’humeur guerrière. Les cheveux charrient la mémoire, et c’est aussi pour cela qu’on les coupe pour faire peau neuve…ce ne sont là que quelques rituels égrenés en miscellanées, pour signaler la charge symbolique attachée aux ongles et surtout aux cheveux humains.

Comment le recyclage des phanères peut-il négocier avec cette charge symbolique particulière ? Sans pouvoir répondre ici à cette question, on peut tout de même explorer quelques-uns de ses méandres, à partir du constat suivant : le négoce des cheveux existe de longue date puisque le cheveu est la matière première originaire de l’industrie de la perruque.

Pourquoi porte-t-on une perruque ? Il y a bien-sûr la calvitie, due à l’âge ou à la maladie. Il y a eu les manières de cour, avec lesquelles vint cette idée de couvrir ses cheveux avec d’autres cheveux, plus longs, plus volumineux, à des fins ostentatoires. Le cheveu humain est presque devenu un cosmétique comme un autre, depuis l’essor de la pose d’extensions capillaires en cheveu véritable par les salons de coiffure…

Et puis il y a, enfin, la pratique religieuse. Ainsi, très spécifiquement, du port par les femmes juives orthodoxes de perruques, qui seront en cheveux véritables pour celles qui peuvent se les offrir. Ces femmes appliquent une version parmi les plus rigoristes des règles capillaires du judaïsme. Ainsi la loi Juive, selon l’interprétation orthodoxe, stipule qu’elles ne peuvent montrer leurs cheveux en public lorsqu’elles sont mariées. Historiquement, c’est longtemps passé par le port de foulards associés ou non à un chapeau, sous lesquels les cheveux peuvent être laissés longs, coupés courts voire rasés.

D’où vient chez elles le port de la perruque ? Une version de cette histoire consiste à dire qu’il s’agit d’une réinterprétation moderne. Elle aurait émergé aux Etats-Unis au milieu du vingtième siècle[2], suite à une période où la coutume de se couvrir les cheveux s’était atténuée : l’époque n’était alors pas à afficher ses pratiques religieuses en public pour les juifs américains. Un rabbin très influant se lance alors, au cours des années 1950, dans une campagne ambiguë pour l’affichage public de la pratique religieuse. Il s’agit pour lui de faire adopter aux femmes mariées le port de la perruque, selon un double argumentaire : les femmes peuvent ainsi rester attrayantes, et, comme il est impossible d’enlever une perruque en public, il devient donc également impossible d’appliquer la règle à moitié (contrairement à un foulard que l’on pourrait enlever en milieu de journée).

Mais d’où viennent les matières premières permettant de faire des perruques en « vrais cheveux » ? Il se trouve que les cheveux les plus prisés pour faire des perruques sont les cheveux indiens, qui sont plus faciles à travailler et à teindre. Or, il existe un rituel hindou où femmes et hommes coupent entièrement leurs cheveux en offrande. Trois dieux peuvent être visés par ces offrandes : Shiva, Vishnou ou Muragan. Selon un article de presse, en 2011, « L’Inde exporte plus de 500 tonnes de cheveux par an, soit 1400 kilos chaque jour : 25 % proviennent des temples, 75 % sont vendus par des particuliers. » [3]

Ces cheveux intègrent ensuite une chaine d’approvisionnement mondialisé, au terme de laquelle se trouvent, notamment, ces femmes très pieuses, qui portent les cheveux d’autres femmes à la place des leurs. Pour conclure cette réflexion : est-ce la longueur des circuits d’approvisionnement, et leur dimension profondément mondialisée, qui permettent de faire sien le cheveu d’une autre, de le porter sur sa propre tête ? De faire d’un autre corps une source d’accessoires ? Nous n’avons pas la réponse à cette question.

*

La question des perruques constitue, quoi qu’il en soit, un cas particulier. Continuons notre navigation et examinons à présent en quoi l’utilisation des cheveux humains comme matière première industrielle constituerait une rupture. L’utilisation des poils et cheveux comme matériau, notamment de tressage, est abondamment mobilisée dans l’imaginaire européen et dans celui d’autres régions, mais cela ne veut pas du tout dire qu’il s’agisse d’une pratique courante.

Il faudrait mieux documenter cet aspect. Evoquons en passant cette injure entendue à Annaba avant l’indépendance de l’Algérie : “j’arrache les poils du con de ta mère et j’en fait une échelle de corde pour monter grand-mère au grenier”[4]. Dans une toute autre histoire, de l’autre côté de la méditerranée, le grenier est le lieu où se loge non pas la grand-mère mais une jeune fille enfermée : la princesse Raiponce qui, en haut de sa tour, se sert de ses cheveux pour en faire une longue tresse, jusqu’au sol, d’où son sauveur peut grimper pour la rejoindre…jusqu’à ce que sa geôlière lui confisque toute sa belle crinière. Notons qu’elle aurait aussi pu se couper les cheveux, en faire une corde et s’enfuir comme une grande. Mais peut-être qu’elle n’avait pas de ciseaux… En tout cas, dans ces deux cas, le poil féminin ne devient un matériau de tressage que symboliquement tant ces utilisations restent profondément irréalistes.

Dans un registre plus pratique à présent, le cheveu, recyclé, ne fait que rejoindre l’univers du crin animal. Il est vrai que les crins ont été utilisé pour toute sorte de nouage et de tissage, de fabrication de brosses et de pinceaux, avant l’avènement de l’ubiquitaire fil synthétique. Alors, d’un certain point de vue, il n’y a plus qu’à recommencer. Pourquoi pas dès lors, étendre l’attention jusqu’au crin…humain ? Lorsque l’on parcourt l’ouvrage d’André Guillerme, La naissance de l’industrie à Paris, l’on découvre une description de la ville comme un réacteur qui se rationalise petit à petit, faisant émerger l’industrie, bien avant l’essor des ressources fossiles. Dans ce contexte, les matières animales, parmi lesquelles le crin, mais aussi le sang, les os, la peau, les tendons… sont largement mobilisées selon des procédés sans cesse optimisés. Plus spécifiquement, dans L‘invention des déchets, de Sabine Barles, on découvre l’intensification de l’usage de toutes les matières résiduaires, notamment animales, avant la fossilisation et la plastification de ce réacteur urbain.

De ce point de vue, les villes européennes industrielles d’avant les ressources fossiles ne sont, vis-à-vis du sort qu’elles réservent aux matières animales, pas si éloignées des sociétés traditionnelles, telles que celles de l’Arctique, dont l’outillage repose très largement sur l’utilisation astucieuse de toutes les parties des corps animaux.  

Mais revenons pour finir au cheveu humain. La rupture, repérée dans l’initiative de cette jeune entreprise évoquée en début de parcours, Capillum, consisterait alors surtout à utiliser des restes humains (ici, issus de salons de coiffure) pour fabriquer un matériau de base, à usage industriel. Là où la perruque constitue un usage noble qui utilise les cheveux en tant que cheveux, ici, il est utilisé comme ressource de base pour d’autres usages.

Or, nous parlions aussi du sang, de la peau, des os, des tendons animaux ? Par rapport aux cheveux, qu poussent, comme tout le monde le sait, à l’extérieur du corps, les matières premières situées à l’intérieur du corps humain bénéficient d’un régime juridique différent. Il diffère selon les pays, mais dans l’ensemble cantonne leur circulation à l’intérieur de l’univers médical et de celui de la procréation. Cela n’empêche pourtant pas leur commerce, tout aussi mondialisé que celui des cheveux.

Ha. Voilà que notre parcours dessine un nouveau pan de labyrinthe…dans lequel il apparait que si les excréments humains méritent un examen particulier concernant les tenants et aboutissants de leur “recyclage”, c’est aussi bien par comparaison avec leurs équivalents animaux, les lisiers et fumiers, que par comparaison avec les autres produits du corps humain.


[1] https://www.franceculture.fr/economie/capillum-recycler-des-cheveux-pour-en-faire-des-produits-naturels-et-ecologiques

[2] https://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/1995397/jewish/Le-Rabbi-sur-le-port-de-la-perruque.htm#footnoteRef7a1995397

[3] https://www.lefigaro.fr/international/2011/07/08/01003-20110708ARTFIG00492-l-incroyable-odyssee-du-cheveu-indien.php

[4] Cette ville était alors connue pour ses injures recherchées, selon Bruno Tassin qui m’a communiqué cette étonnante citation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search