A propos des gisements urbains d’engrais

Quand il est question du retour à la terre des excréments humains, de nombreux articles de presse évoquent la possibilité de pouvoir se passer des engrais miniers et de synthèse, souvent appelés par simplification, engrais chimiques. La collecte des excrétats humains, dont on redécouvre avec une étrange naïveté qu’il s’agit de matières fertilisantes, est alors présentée comme une solution miracle à la pénurie de ressources fossiles[1], avec, parfois, des quantifications.

En particulier, l’urine humaine est présentée comme une ressource, issue du vivant, venant remplacer des ressources souterraines en voie de disparition. Ce discours interroge, dans la mesure où il place l’usage agricole des excrétats dans une logique de substitution vis-à-vis des pratiques de fertilisation actuelles, sans discussion ou remise en perspective de ces dernières

Les zones d’ombre de la substitution

En premier lieu, il est essentiel de rappeler les problèmes environnementaux liés à la sur-fertilisation actuelle des terres agricoles, notamment en Europe : pollution des milieux aquatiques par lessivage, appauvrissement de la biodiversité des sols, émissions atmosphériques de gaz à effet de serre et particules fines. A cela, la substitution par l’urine humaine n’offre en tant que telle aucune réponse…En second lieu, cette idée de substitution constitue un retournement de sens, puisqu’avant l’essor des engrais fossiles, les matières fertilisantes étaient toutes issues du vivant, et l’engraissement des terres envisagée au sein d’un cycle. Et pourtant, aujourd’hui, l’urine humaine apparait comme un ersatz d’engrais fossile.

L’idée de substituer aux ressources fossiles des matières issues du vivant, on la retrouve déjà depuis plusieurs décennies dans un certain nombre de secteurs où s’est invité le préfixe « bio » : bio-plastiques, bio-éthanol, bio-gaz… Pour les carburants comme pour les plastiques, les matières issues du vivant actuel ne peuvent absolument pas satisfaire la demande à l’échelle de ce que les sous-sols ont recraché pendant le temps de leur exploitation boulimique. Ce décalage d’échelle est l’une des dimensions-clé de la controverse qui entoure la question de la substitution du fossile par le vivant : sans virage vers la sobriété, cette demande de « bio-matériaux » est matériellement impossible à satisfaire. Ce décalage d’échelle s’explique notamment par le fait suivant : le plastique et l’essence n’existent que parce que le pétrole, qui est une ressource issue des profondeurs de la croute terrestre, y a été capté, à une échelle de temps extrêmement courte par rapport au temps qu’il a fallu pour lui donner naissance.

Or, d’un certain point de vue, cette réflexion s’applique aussi aux engrais. Ainsi, il a été possible de sur-fertiliser les terres car l’on avait accès à des ressources fossiles en grande quantité. La carte ci-dessous illustre bien le problème qui se pose, à présent qu’elles viennent à manquer. Elle présente la part des engrais de synthèse que l’urine humaine pourrait venir remplacer. Elle montre que dans les pays qui pratiquent essentiellement une agriculture industrielle intensive, dont ceux d’Europe de l’Ouest, ce type de calcul donne des résultats très décevants. Et pour cause, les apports actuels sont tellement massifs que, sans une diminution importante de la demande en matière fertilisante, il est tout à fait illusoire d’atteindre un quelconque horizon de remplacement des engrais fossiles. Autrement dit, les quantités d’engrais utilisées aujourd’hui sont à des échelles bien supérieures à ce que les humains pourraient fournir par retour au sol des matières excrétées, en complément des fumiers et autres apports « bio-sourcés ».

 L’offre en urine face à la demande en azote : « Les pays très peuplés avec des taux de fertilisation faibles sont les plus à même de remplacer les engrais de synthèse par l’urine ». (Prithvi Simha/Datawrapper et FAOSTAT) [2]

Les villes comme mines d’engrais ?

L’idée de remplacer les engrais fossiles par les urines humaines offre une troisième source d’interrogation. En effet, cette recherche de substitution invite à se poser la question des gisements disponibles, qui sont surtout en ville. Dès lors, apparait l’idée d’une ville comme territoire fournisseur de ressources, en remplacement des mines et des gisements pétrolifères.

Une mine urbaine d’engrais ? Cette idée de mine urbaine est déjà mobilisée pour parler de ce que l’on peut récupérer dans les décharges, dans les artefacts (e.g. Cavé et Tastevin, 2021) ou encore dans les sols pollués (e.g. Chaoïdes, 2016) [3]. Les villes, et en particulier leurs rebuts, se trouvent alors placées à l’amont de chaines d’approvisionnement industrielles, complexes et mondialisées.

Comment la question du recyclage des déchets corporels entre-t-elle en résonance avec ce cadre d’analyse ? Il est vrai que les chaines d’approvisionnement actuelles en engrais sont industrielles, complexes et mondialisées. Il est vrai aussi qu’elles se heurtent au tarissement des ressources sur lesquelles elles s’appuient. La fertilisation des terres est de ce point de vue « en aval de la chimie lourde » (selon une expression du biogéochimiste Gilles Billen)[4]. Dès lors, l’horizon d’un captage, par l’industrie des engrais, des gisements urbains d’excréments fait donc des villes les mines d’azote et de phosphore de demain.

Il y a donc tout lieu de penser que ce secteur d’activité va à présent tenter de se saisir de ce gisement, pour entrer de plain-pied dans l’économie circulaire. D’ailleurs, c’est effectivement ce qui se passe, indirectement. Ainsi, selon sa dernière lettre d’information, la Plateforme Européenne du Phosphore Soutenable (ESPP) s’intéresse actuellement à la récupération d’éléments clés pour la fertilisation (phosphore, magnésium…) dans les sous-produits miniers, industriels et de traitement des déchets urbains. Le contexte évoqué est celui de la recherche de sources de remplacement aux matériaux bruts, dont l’approvisionnement devient « critique ». Un programme de recherche européen, « Phoster », a ainsi été lancé, centré d’une part sur l’identification de sous-produits miniers dans lesquels il serait le plus pertinent d’aller collecter ces éléments et d’autre part sur la récupération d’éléments dans les cendres d’incinération des boues de station d’épuration [5]. Les cendres d’incinération des boues de station d’épuration….

*

Pour conclure momentanément cette réflexion, si la notion de mine urbaine peut être mobilisée dans le cas des fertilisants, ce n’est que du fait du retournement historique qui a fait des mines et gisements pétrolifères les sources évidentes de matières fertilisantes, en lien avec la création progressive de ces filières d’approvisionnement industrielles en engrais, à la fois très complexes et mondialisées.

Or, si les villes offrent bien des gisements de substances fertilisantes, cette question mérite à notre sens d’être abordée non seulement en la remettant en perspective, mais aussi en changeant d’optique. C’est-à-dire en se plaçant dans l’horizon d’une restauration du mutualisme local entre espaces habités et terres cultivées.

Pour faire cela, plusieurs conditions sont à remplir. Une première condition est d’appliquer une logique de sobriété. Une deuxième condition est de tenir compte de la diversité des territoires. Une troisième, de véritablement s’atteler à la mise en œuvre de pratiques agro-écologiques. Alors seulement, il pourra être éventuellement question de refermer une parenthèse historique, pendant laquelle les ressources du sous-sol de la croute terrestre auront été utilisées pour sur-fertiliser les terres, et pendant laquelle la production alimentaire se sera appuyée sur les méandres infinis de la chimie lourde.


[1] En effet, les engrais azotés sont indirectement issus du gaz fossile (via le procédé Haber Bosch) et les engrais phosphatés sont d’origine minière, issus d’un processus de sédimentation en milieu marin. Dans les deux cas il s’agit donc de ressources « fossiles ».

[2] https://richearthinstitute.org/global-shortage-bodily-abundance-urine-fertilizer-could-help-address-urea-crisis/

[3] Voir à ce propos Biomining, 2016, œuvre dystopique du collectif Chaoïdes, contant l’émergence, dans les sols pollués de villes inhabitables, de plantes concentrant les métaux …dans leurs graines. https://www.yeseniatp.com/BIOMINING-OR-THE-EARTH-HARVESTERS

[4] A lire : https://theconversation.com/nourrir-paris-en-temps-de-crise-et-apres-135971

[5]https://www.phosphorusplatform.eu/scope-in-print/enews/2201-espp-enews-no-68-july-2022#_Toc108595811

Bibliographie

Cavé, Jérémie & Tastevin, Yann-Philippe. “Zones interdites, zones de sacrifices: penser les résistances aux déjections et aux extractions dans une même trajectoire.” Congrès annuel de l’Association Belge de Science Politique. 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search