Pipi et caca superstars : entre réappropriation et monétarisation

Une première version de ce texte a été partagée lors des rencontres du Rich Earth Institute en 2020, session “art et sensibilisation”, sous le titre “Reclaiming or commodifying: pee and poo on the screen”.

Avec le développement de l’assainissement écologique, les imaginaires associés aux excrétats humains se modifient peu à peu. A mesure qu’une diversité d’acteurs (re)met en avant le rôle des urines et matières fécales comme source de fertilité, des représentations nouvelles émergent, créant une iconographie spécifique : affiches, dessins animés, mots d’ordres, slogans, gimmicks, icônes, et publicités.

Explorer cette iconographie, c’est réaliser que loin d’une approche univoque de ce que serait l’écologie en matière d’assainissement, ces messages véhiculent plutôt des motivations contradictoires, entre soin de la terre et quête d’autonomie, lutte contre l’extractivisme minier et agricole. Mais aussi, promesse de mise en marché d’une nouvelle ressource en apparence infiniment renouvelable. Une tension apparait alors entre la question de la réappropriation des fluides corporels, et celle de leur appropriation marchande, leur devenir-marchandise.

Participant moi-même à la production de ces images, je me pose souvent cette question : quel but poursuivons-nous ? où se trouve la limite entre publicité et sensibilisation, propagande et poésie ? Comment le renouvellement des imaginaires associés à la sphère excrémentielle peut-elle nous aider à construire des systèmes d’assainissement véritablement soutenables ?

Commençons par un constat de départ. Pour parler d’assainissement écologique il faut parler pipi-caca. Or les adultes ont clairement un problème avec ça. En France, pourtant notre humour est assez scatologique de même que le registre de nos jurons, et vu de loin on pourrait avoir l’impression que l’on ne parle que de ça. « Merde », « fait chier », « que des emmerdes », et encore « « je vous pisse à la raie »[1]. Réciproquement la culture française est fortement marquée par l’histoire du mouvement hygiéniste. Eau de javel, soude, pesticides. Un rapport au vivant, en particulier microbien, marqué par la lutte armée et la recherche éperdue du contrôle. L’administration sanitaire est chez nous, puissante.

Les excréments sont devenus d’autant plus difficiles à évoquer qu’on ne les a plus jamais sous les yeux, que la chasse d’eau permet leur disparition. Il n’y a pas besoin d’en parler. Une fois avalé par l’égout cela n’existe plus. Le seul caca dont on peut encore à la rigueur parler est celui des nouveaux nés, le caca doux doré des bébés nourris au lait. L’urine n’est pas porteuse du même stigmate, de la même part obscure. Mais cela reste une chose sale, un mot difficile à prononcer dans un bureau vitré entre cols blancs vêtus de costumes tout juste sortis du pressing surmontant de belles chaussures de cuir à teinte miel. Dans les tours de verre des centres d’affaire, ça ne colle pas. On ne peut pas parler de ça.

Pas seulement parce que c’est sale mais aussi parce que c’est subversif. La merde recèle une puissance de contestation. Elle est d’une certaine manière, une substance sorcière, et donc, politique.

Le désormais célèbre emoticon caca se pare des couleurs de l’arc-en-ciel, signe de sa pleine et entière intégration dans le bestiaire de la pop culture.

Responsabilités collectives envers l’eau et le sol

Parler ouvertement de la merde et de sa valeur, au-delà de la provocation de base, est-ce un acte de rébellion, au sens d’un acte qui permet en lui-même de défaire l’étau du capitalisme extractiviste ?

Pour certains partisans de l’assainissement écologique, par exemple des associations inscrites dans le courant de l’éducation populaire, c’est effectivement le cas. Voici le mot d’ordre : Nous ne donnerons plus notre caca aux industriels. Car il nous appartient. Et il nous appartient d’en faire quelque chose de bien.

Revendiquer, c’est se rendre responsable, reprendre une prise. Et pour cela il est nécessaire de représenter. C’est un jeu de judo avec le dégout. Un retournement des imaginaires. L’assainissement écologique n’est pas une pure question technique. Il s’agit aussi de prendre conscience, de refaire connaissance avec ces matières qui chaque jour s’écoulent de nous. Pour rendre le sujet sensible, (perceptible) et donc compréhensible, il faudrait alors déjouer les pièges des écrans noirs de la pensée, des disjoncteurs…

Selon cet angle de vue, ce qui est dégoutant, ce n’est pas la merde, c’est le système d’assainissement centralisé conventionnel, la gestion de ce qu’on appelle improprement le « petit cycle de l’eau », et plus largement, les infrastructures du système de production thermo-industriel. Cet ogre qui transforme les montagnes, les rivières et les sols d’une part en argent, d’autre part en tombereaux d’ordures. C’est le corps humain lui-même assimilé à un ogre insatiable qui participe, branché sur l’égout, à cette entreprise de destruction et de souillure assise sur le culte de la valeur ajoutée. Cet ogre, ce monstre qui chie littéralement de l’argent.

Extrait de Eric Sabot, La pratique du compost et des toilettes sèches

« Pollution is a matter out of place »[2]

Voici des images de flux désordonnés, désaxés, et un milieu incapable d’absorber notre part de mort pour la ramener à la vie. La source s’en trouve tarie, parce qu’elle est souillée. « Arrêter de chier dans l’eau potable », comme le demandent les partisans des toilettes sèches, c’est à cela que ça renvoie, littéralement : autrement dit, « on ne chie pas dans sa propre gourde, dans l’eau que l’on va boire l’instant d’après ». La chasse d’eau devient le symbole de ce désordre à plus grande échelle. Le corps humain en expansion représenté à l’échelle du cycle de l’eau et de la matière organique tout entier, ne fait pas ses besoins là où il faudrait. Remettre de l’ordre, consiste alors à rendre ce qui a été emprunté (au sol, aux terres cultivées, à la Terre avec un grand T, pour reconstituer la cyclicité rompue, permettre à la vie de se remettre en route).

Gérer les excréments par voie sèche oblige à les regarder en face. Face à la chasse d’eau, les toilettes sèches apparaissent comme ces dispositifs qui permettent de faire pousser des plantes : assimilées à un arrosoir ou à un pot de fleur dans des images qui font comprendre par analogie que les excréments contiennent des ressources fertilisantes. La production d’urines et matières fécales peut dès lors être assimilée à un geste de jardinage. Une action tournée vers la vie.

Une fois ceci posé, comment garder la portée subversive de la sphère excrémentielle alors qu’il est question de la défaire des stigmates qui l’encombrent et de déplacer des derniers sur l’égout, qui pourrait bien devenir la nouvelle source d’un dégout ? Dès lors que la merde devient consensuelle, gentille, en quelque sorte, dès lors qu’il devient possible et facile d’en parler, quelle portée politique conserve ce geste de retirer la merde de l’égout ?

Autrement dit, s’il est question de faire front commun dans un combat pour le retour de la merde vers la vie (n’ayons pas peur des mots…), quels jeux d’alliances cela implique-t-il ?

Extrait de Renaud de Looze, L’urine, de l’or liquide au jardin.

Economie (à la scie) circulaire

Dans le foisonnement actuel des initiatives de promotion actuelle de l’assainissement écologique, la diversité du vocabulaire politique mobilisé est assez frappante : celui-ci puise à loisir dans le répertoire historique des mouvements sociaux, voire des mouvements politiques révolutionnaires. Il est implicitement question de mobilisation et d’engagement. Cela va du point levé des mouvements ouvriers du siècle dernier à la reprise facétieuse de l’appel à la mobilisation dans l’armée américaine…Qu’est-ce tout cela raconte ? Y a-t-il ici quelque chose de plus qu’une série de gimmick, d’emprunts de circonstance ? Cette entreprise de récupération d’images a-t-elle vraiment (encore) une portée politique ? Allant plus loin, quel potentiel esthétique offre-t-elle pour la révolte contre l’extractivisme et le système de production thermo-industriel ? Cette lutte, qui était bien au cœur du mouvement de l’assainissement écologique, à ses débuts, est-elle encore perceptible ?

Illustration d’une carte de vœux de l’entreprise Sanisphère

Dans les élans de promotion de l’économie circulaire des nutriments auxquels nous participons nous aussi, en tant que chercheurs, il est question d’inciter chaque habitant à « faire don » du produit de sa digestion. De se rendre « utile ». L’utilité du geste est mise en avant et la dimension collective, le fait de participer à une cause commune, également. Mais à qui s’agit-il d’être utile ?

On peut se le demander dès lors que la promotion de l’économie circulaire, y compris appliquée à la sphère excrémentielle, convoque le vocabulaire de l’extraction minière. Cela peut paraitre paradoxal. S’agit-il d’un retour de l’extractivisme par la petite porte ? En effet dès lors qu’il s’applique à l’ensemble des ressources dites renouvelables, celles issues du vivant, il peut très bien s’appliquer aux corps humains eux-mêmes, via les déchets qu’ils produisent.

Les urines et matières fécales sont dénommées, selon ce prisme, comme une « mine d’or », un « gisement » qu’il s’agirait d’exploiter, de valoriser (au sens de ramener dans la sphère de la production de valeur ajoutée). Dire que nous voulons « faire d’un déchet une ressource » ne suffit pas car cela laisse la question politique en suspens.

Pour conclure, si les déjections sont reconnues comme une ressource, avec qui est-il question de les partager ? Avec qui et comment voulez-vous partager le produit de votre digestion ? Après l’absorption du carbone par les forêts – et l’absorption par l’économie de la finance de la capacité photosynthétique des plantes pour avaler les résidus des gaz d’échappements des avions et des centrales à charbon : la digestion humaine sera-t-elle bientôt aussi soumise aux mêmes logiques de quotas d’émission ? Alors on pourra vraiment dire que les villes sont « des étables d’hommes » comme le proclamait un agronome français au 19ème siècle, âge d’or de l’utilisation des engrais humains. Encore quelques questions pour finir. Ces matières fertiles qui procèdent du corps humain doivent-elles être vendues ? Est-il bien légitime à quiconque de faire un profit là-dessus ? Qu’est-il question de (reproduire) au fond ?


[1]  Certes, en dehors du film La Cité de la Peur cette expression est de nos jours assez peu répandue…

[2] Expression devenue canonique issue de l’ouvrage De la souillure, de Mary Douglas.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search