En cas d’orage, retenez-vous !

Article initialement paru dans La Trousse Corrézienne, dans une série sur l’assainissement en milieu rural.

Ô, pluie qui glace les crânes, rend glissantes les rues, inonde les parkings des grands super-hyper…Une fois tombée par terre, où continues-tu ta course ? « Bah dans le fossé pardi ! » répond Mimi Cracra. Certes, mais encore ? Ce n’est pas tout, ce serait trop simple, Mimi. Vois-tu, l’eau qui tombe par terre obéit à un strict cadre réglementaire (1).

Historiquement les égouts ont d’abord été créés, dans les grandes villes, pour collecter les eaux de pluie et faciliter la circulation dans les rues pavées de frais. Puis les eaux usées, chargées des excréments et autres immondices y ont été déversées à leur tour, pour la santé, le confort, la simplicité. Mais de nos jours, la logique s’est inversée : aujourd’hui c’est la pluie qu’on tend à retirer au maximum des égouts, de plus en plus réservés aux eaux usées domestiques et industrielles.

La ligne de partage des eaux

Pourquoi séparer la pluie du reste ? Aperçu des pour et des contre. L’eau de pluie n’est a priori pas très sale, et l’emmener jusqu’aux stations d’épuration surchargerait les équipements pour rien. Oui mais… à l’inverse, quand la pluie tombe sur les toits et les rues après de longues périodes de soleil, elle emmène dans sa course divers polluants tels que les hydrocarbures, le zinc… Il faudrait donc penser quand même à la nettoyer un petit peu, non ? On distingue au final deux approches de l’égout : les réseaux « unitaires » collectent ensemble la pluie et les fluides souillés par les activités quotidiennes des habitants et autres tanneurs et fabricants de lessive, celles qui sortent par en-dessous des baignoires, des toilettes et du carrelage des abattoirs… Les réseaux « séparatifs », eux, réservent un destin à part la pluie et à son ruissellement.

Aucune législation directe(2) ne s’applique aux particuliers, qui peuvent aussi infiltrer la pluie qui tombe chez eux dans le sol ou la rejeter dans un cours d’eau voisin – voire évidemment s’en servir pour arroser leurs rangs de patates. Par contre, quand on construit un lotissement ou une zone commerciale (car ça arrive encore…(3)), les obligations pleuvent. Elles varient en fonction de calculs savants appuyés sur la pluviométrie locale, la capacité des réseaux d’assainissement existants, la taille et la forme des surfaces asphaltées. Par exemple, la création d’un lotissement au lieu-dit le Vignal à Alassac, entamée cette année, d’une surface de 2 ha, s’accompagne d’une obligation de créer des « noues paysagères » de 206 m3, c’est-à-dire en fait… des fossés, mais en mieux, pour faire ce qu’on appelle dans le jargon la « gestion à la source des eaux pluviales ». Ces noues seront chargées de collecter « un débit de fuite de 3 litre/seconde par hectare », en référence au volume d’eau produit par un évènement pluvieux décennal (la plus grosse pluie qu’on peut imaginer sur une base statistique de 10 ans)(4).

Des parasites dans les égouts

Malgré les réseaux séparatifs et la gestion à la source, une partie des pluies qui tombent sur les zones bâties filent encore aujourd’hui vers les stations d’épuration. Le territoire corrézien en compte 285. À six exceptions près, la plupart sont à jour vis-à-vis des normes environnementales(5). On pourrait donc s’attendre à ce que toutes les autres, soit 279, rejettent à chaque instant une eau, disons acceptable, dans la Corrèze, la Vézère, la Dordogne et leurs affluents. Et ce serait vrai, sans doute, sans l’intervention subite et fréquente de notre amie la pluie ! Car malgré tous les calculs de débits et de flux possibles, les stations d’épuration ne sont pas dimensionnées pour vraiment recevoir les eaux pluviales et surtout les épisodes les plus massifs.

C’est là qu’intervient le bassin tampon. Situé à l’entrée des stations, il sert à absorber les pics d’alimentation. Celui de Vigeois fait par exemple 55 m3 pour une station qui traite les effluents de 450 habitants. La station de Larche, elle, traitait les effluents de plus de 4 000 habitants. Suite à son démantèlement décidé en 2019, le tout doit être dévié vers la station de Brive-Gourgue Nègre, plus grande et plus récente. Cette fois c’est un bassin tampon de 370 m3 qui est prévu sur le chemin(6). Dans les deux cas, les territoires concernés sont équipés de réseaux séparatifs. Et pourtant. Il y a toujours un peu d’eau de pluie « parasite », c’est le terme consacré, qui arrive aux stations. Phénomène tout à fait répandu que ce parasitage, jusqu’au cœur des grandes métropoles. Dans l’agglomération parisienne par exemple, selon un indic de la police de l’eau du bassin de la Seine, on compte jusqu’à 3 % de mauvais branchements.

D’un certain côté, les gestionnaires peuvent s’en féliciter car cette eau participe au curage des égouts, ce qui évite le colmatage. Mais d’un autre côté, ça crée quelques débordements… Car en cas de forte pluie, et Jean MichMuch sait s’il en tombe, par ici, les stations ne suivent pas la cadence. Malgré les bassins tampon, quand ça se bouscule à l’entrée au-delà du supportable, tout le trop plein est rejeté à la rivière. Le trop plein, c’est-à-dire toute l’eau d’égout qui part alors à la rivière telle quelle, avec le jus de cuisson de vos moules et vos petits cacas qui nagent dedans. Moralité : en cas d’orage… retenez-vous !

(1) Feuilletage législatif à retrouver sur le portail national de l’assainissement : http://assainissement.developpement-durable.gouv.fr/recueil.php#_7

(2) Les règles sont définies au niveau de la commune.

(3) Jusqu’à 250 km² de terres sont mangées chaque année par les surfaces étanches, en France métropolitaine. https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/assainissement#e3

(4) DDT-19, récépissé de dépôt de dossier de déclaration n°19-2020-00010.

(5) Selon le portail d’information communal sur l’assainissement, en 2018, six stations étaient en dehors des clous : Donzenac, Bugeat, Larche, Lubersac, Neuvic, et Egletons.  http://assainissement.developpement-durable.gouv.fr/

(6) Soit le dixième du volume d’une piscine olympique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Legrand (22 septembre 2022). En cas d’orage, retenez-vous ! Aux toilettes... et après ? Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3se


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search