Phyto-épuration (1) : Appeler un chat un chat

Article initialement paru dans La Trousse Corrézienne sur l’assainissement en milieu rural.

– Ma chère Thérèse, les douces âmes végétales ne sont-elles pas merveilleuses ? Elles nous soignent, décorent nos balcons et nos tombes, nous font des couronnes dorées…et mangent notre caca !

– Non, Sheila. Les plantes ne sont pas tout à fait si gourmandes. Ça vous déçoit n’est-ce pas ?

Après avoir assisté à cette conversation désopilante entre deux dames tout à fait respectables à la terrasse d’un spa, j’ai voulu en avoir le cœur net. J’ai donc appelé un bureau d’étude creusois spécialisé dans la phyto-épuration, dont les activités couvrent une partie du territoire corrézien (1) : « dans la phyto-épuration les plantes ne jouent qu’un rôle secondaire, mais indispensable », m’explique Laurent. Oui Sheila. Même si vous remplacez votre fosse septique par un joli parterre de roseaux, ce sont toujours des bactéries qui font le travail. Pour donner une image, les microbes sont les éboueurs accrochés à l’arrière du camion, qui ramassent les poubelles. Les plantes, c’est le conducteur du camion. Florent, membre actif du Réseau de l’Assainissement Ecologique, attaché à l’exactitude des termes, insiste d’ailleurs pour qu’on appelle un chat un chat. Il me rappelle à l’ordre par courriel : « Le terme de phyto-épuration ne me parait pas ou plus adapté… Ce ne sont pas les plantes qui font l’épuration mais bien le filtre dans lequel elles poussent, filtre composé d’un substrat support au développement des bactéries épuratrices, d’où le terme de filtres plantés ».

Assainissement par la plante des pieds

Voici donc le principe de la phyto-épuration (je veux dire des filtres plantés) à partir des explications de Laurent, et de quelques ressources complémentaires (2). Les bactéries vivent dans le filtre, composés de couches de graviers et de sable. Elles viennent du milieu environnant et des eaux usées elles-mêmes. Elles y digèrent la matière organique présente, en respirant tout simplement. Ces filtres se composent classiquement de deux étages. Le premier étage ou filtre vertical, est planté de roseaux, qui servent à éviter le colmatage. Les effluents arrivent bruts ou broyés, par en-haut. Y compris le caca et le papier toilette pour les gens qui utilisent encore des toilettes mouillées. En se déposant, ils pourraient faire une croute en surface, et l’eau ne passerait plus. Les racines des roseaux créent des ouvertures et aèrent le filtre, laissant ainsi s’écouler l’eau. Elles favorisent aussi l’activité bactérienne à leurs alentours. Le deuxième étage, filtre horizontal, sert à digérer les nutriments minéraux (azote, phosphore) encore présents dans l’eau. Ces minéraux viennent en majorité de l’urine. La menthe aquatique, la salicaire, l’iris, le plantain d’eau…aèrent le milieu mais se nourrissent aussi de ces éléments chimiques, comme d’un engrais dissous. En complément, on peut ajouter à la sortie des filtres une mare ou un fossé planté de plantes gourmandes, pour parfaire ce retour à la matière des éléments nutritifs encore présents dans l’eau.

A ciel ouvert

Au-delà de sa fraiche allure, l’avantage de la phyto est d’être un système en surface, dont on s’occupe concrètement, à la grosse différence des systèmes enterrés : « on les oublie, ils n’existent plus, et donc on ne s’en occupe pas ». Au risque qu’ils fonctionnent mal, voire très mal…et qu’on ne s’en rappelle que lorsqu’ils se mettent à puer ou à déborder. Oui, un filtre planté, il faut s’en occuper, mais c’est peu contraignant : actionner les vannes une fois par semaine pour répartir l’apport d’eau sur toute la surface du filtre, désherber et couper les roseaux une fois par an. Au prochain épisode, nous nous intéresserons à la logique des agréments, à normalisation en cours des systèmes de phyto-épuration et aux nouvelles alternatives, comme la …pédo-épuration ! Ma chère Sheila, ça vous laisse songeuse, n’est-ce pas ?

(1) Bureau d’étude de Marion Michau, Faux-la-Montagne.

(2) notamment Terre Vivante : https://www.terrevivante.org/497-une-solution-alternative-la-phytoepuration.htm ;


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Legrand (29 septembre 2022). Phyto-épuration (1) : Appeler un chat un chat. Aux toilettes... et après ? Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3sh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search