Phyto-épuration (2) : faire soi-même ?

Article initialement paru dans La Trousse Corrézienne dans une série sur l’assainissement en milieu rural.

Le mois dernier, en contemplation devant un beau filtre planté de roseaux, nous découvrions la supercherie contenue dans le mot « phyto-épuration » : dans la « phyto » ce ne sont pas les plantes qui nettoient les eaux domestiques. Ce sont des bactéries, des amibes, des microbes nichés entre leurs racines. Or donc, si ce ne sont en fait ces microbes qui nettoient, pas les plantes, il y a peut-être encore d’autres façons de créer un milieu aéré convenant à leur activité ? Depuis quelques années des mots comme « pédo-épuration » ou « tranchées filtrantes » ou encore « filtres à broyat » font leur apparition au banc d’essai des techniques d’assainissement écologique (2). Etude après étude, elles font leurs preuves. Sont-elles pour autant légales ? Et bien non. Car l’assainissement autonome, comme son nom ne l’indique pas, obéit en France à des normes strictes…

L’agrément

Quand il n’est pas branché sur le réseau d’égout, l’assainissement individuel (jusqu’à 20 Equivalents Habitants) répond à une obligation de moyens. Qu’est-ce à dire ? Ici, c’est la nature du système qui prouve légalement son efficacité. Les services de l’Etat ne vérifient pas la qualité de l’eau à la sortie. La phyto-épuration répond ainsi depuis une dizaine d’année à une logique d’agrément, comme l’explique par exemple le site du Low-tech Lab, auteur d’un tutorial sur le sujet : « si l’on souhaite passer en filtres plantés chez soi il faut commander une étude et l’installation à une entreprise dont le système est protégé et a reçu un agrément ministériel. »

Quatre entreprises en bénéficient : Aquatiris, Blueset, EpurNature et Jean Voisin, pour un total de neuf systèmes dont près de la moitié sont détenus par Aquatiris (1). L’auto-construction ne reste donc possible qu’en demandant l’appui d’un accompagnateur agréé. Il ou elle « fera l’étude des sols, le dimensionnement, fournira les matériaux et les bons conseils nécessaires à une réalisation durable et performante ». Le recours aux entreprises ayant reçu des agréments fait finalement aujourd’hui partie de cette obligation de moyens. Crispant, pour ceuces qui cherchent la fameuse… autonomie !

Géométrie variable

L’agrément contient par ailleurs une anomalie : il ne tient pas compte de la nature des eaux traitées. Le Réseau de l’assainissement Ecologique plaide depuis plusieurs années auprès des services de l’Etat pour revoir les contraintes de dimensionnement des systèmes. En effet la taille des bassins d’assainissement est aujourd’hui définie légalement en fonction du nombre de pièces dans le bâtiment. On en déduit un nombre d’Equivalents Habitants, dits aussi EH. Or, cette règle ne tient pas compte du nombre réel d’habitants, ni de la consommation d’eau et pas non plus de la nature des rejets. Or les toilettes sèches allègent fortement la charge, à la fois en matière organique, et en eau.

Comme le rappelle le centre d’écologie pratique Terre vivante (3) ou encore le pionnier Joseph Orzagh (4), si vous optez pour des toilettes sèches, un filtre plus petit peut suffire. Débarrassées de la grosse commission et des petits papiers, les eaux usées sont alors réduites aux eaux ménagères, parfois mélangées aux urines. Elles sont beaucoup plus simples à traiter : il faut surtout s’assurer que l’azote et le phosphore vont nourrir des plantes et éviter de les laisser partir dans le ruisseau voisin.

Assainissement autonome ?

Comme l’explique Laurent, employé chez Aquatiris à Faux-la-Montagne, la phyto-épuration est « vraiment » autonome par rapport aux systèmes avec fosses enterrées ou aux mini-stations d’épuration. Puisqu’elle ne consomme pas d’énergie, et que rien ne sort du terrain. Mais l’autonomie trouve ses limites dans le régime des agréments. Et puis il faut quand même importer des graviers, de la bâche étanche… Heureusement, des techniques encore plus vraiment autonomes arrivent avec la pédo-épuration et les filtres à broyat de bois. On n’arrête pas le progrès !

(1) http://www.assainissement-non-collectif.developpement-durable.gouv.fr/les-filtres-plantes-agrees-a749.html

(2) fiches techniques à retrouver sur le site de l’Ecocentre Pierre et Terre : http://www.pierreetterre.org/fiches-techniques/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Legrand (29 septembre 2022). Phyto-épuration (2) : faire soi-même ? Aux toilettes... et après ? Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3si


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search