Le papier toilette, fenêtre sur globalisation

L’être humain est le seul animal qui peut manger le matin un hamburger à New-York et restituer le produit de sa digestion, le soir même, à Séoul ou bien Pékin[1]. Réciproquement, une feuille de papier toilette utilisée à Pékin peut très bien provenir de bois suédois ou sud-américain. De là à dire que l’essor du marché du papier toilette en Chine transforme les côtes Brésiliennes en plantations d’eucalyptus, n’exagérons pas. Et pourtant… Aller aux toilettes peut avoir des conséquences d’un bout à l’autre de la planète.

La Chine, nouvel eldorado du papier toilette

Il y a quelques années, l’apparition d’un distributeur de papier toilette à reconnaissance faciale, dans un musée de Pékin, avait fait grand bruit[2]. Cet objet connecté visait à réguler la distribution de la feuille providentielle à un public alors présenté comme trop gourmand. Auprès du public européen, l’image pouvait laisser penser que naissait en Chine une ruée vers une denrée rare et nouvelle…

Le papier hygiénique serait-il pour les habitants de la capitale chinoise une découverte récente ? Cette affirmation a de quoi surprendre, puisque c’est dans ce même pays qu’il a en fait été inventé, plus d’un millénaire[3] avant le brevetage du premier rouleau prédécoupé par Joseph Gayetty, aux États-Unis, en 1857. Or, c’est bien à ce papier industriel en petits rouleaux de toutes les couleurs que l’on pense aujourd’hui quand quelqu’un dit « papier toilette » et non à l’antique invention de l’Empire du Milieu. Et la Chine représente effectivement aujourd’hui, avec le Brésil, le marché le plus prometteur pour les géants du secteur, tels que l’Américain Kimberly Clark ou le Suédois Essity. Face à la saturation et à la stabilité des marchés européens et américains, ces entreprises restructurent leurs activités en direction de régions émergentes.

La Chine compte en 2019 près d’un 1,4 milliard d’habitants. Dans ce pays à la population rurale encore très importante, les pratiques d’hygiènes diffèrent entre régions, classes sociales et ethnies. Les modes de vie ne sont pas encore partout conditionnés par la société de consommation, dont les normes occidentales d’hygiène corporelle impliquent l’utilisation de ces petits carrés de cellulose standard. Ainsi l’hygiène intime de chacun dépend du recyclage direct de papier d’abord utilisé pour d’autres usages, tels que la lecture du journal.

L’essor actuel de l’utilisation du papier toilette industriel en Chine découle de plusieurs facteurs, tous liés à la globalisation. À l’urbanisation rapide du pays s’ajoute l’émergence d’une classe aisée qui accède de plus en plus largement aux biens de consommation et pratique le tourisme international. Le pays s’est également ouvert aux vacanciers venus de l’extérieur du pays. C’est d’abord pour satisfaire les exigences de ces derniers qu’a été lancée la campagne baptisée « révolution des toilettes publiques » traduisant en fait une transformation vers les standards occidentaux (toilettes fermées, WC à chasse d’eau, et papier toilette en rouleau). Enfin, la question de la promotion des pratiques d’hygiène et de santé s’appuie elle-même sur des acteurs internationaux, et notamment des fondations privées qui apportent avec elles leurs propres repères culturels.

L’industrie de l’hygiène intime a soif de cellulose

En tant que produit manufacturé, le papier toilette repose sur une industrie mondialisée complexe, pour laquelle la Chine représente aujourd’hui un levier stratégique. Pour l’entreprise suédoise Essity, notamment détentrice de la marque Lotus, c’est devenu le troisième marché, juste devant la France. La population chinoise consomme aujourd’hui 4,4 kg de papier par an et par personne, se situant ainsi au neuvième rang mondial, bien loin derrière les américains et leurs 12,3 kg par personne. Mais pour ce grand pays d’Asie, cela fait tout de même 6 millions de tonnes. Et en Chine comme ailleurs, les volumes augmentent.

Depuis plus de dix ans[4], les associations internationales de protection de la nature telles que le WWF et Greenpeace dénoncent l’impact sur les forêts de la recherche d’ouverture de nouveaux marchés pour les produits en papier à usage unique. Elles dénoncent les sociétés qui nous proposent, littéralement, de nous essuyer avec les forêts primaires.

La part du recyclage étant encore minoritaire, la production de papier ménager, et notamment de papier toilette, consomme en effet une énorme quantité de bois. Pour prendre un exemple, en 2016, l’approvisionnement d’Essity (à l’époque SCA Hygiène) représentait 5,3 millions de tonnes de fibres de bois selon Green Peace. Essity, deuxième plus grand fabricant de papier toilette au monde et acteur majeur du marché chinois, s’approvisionne environ pour moitié de fibres de bois vierges, prélevées aussi bien dans les forêts primaires boréales d’Europe, que dans les plantations d’eucalyptus brésiliennes ou encore, dans les concessions forestières d’Indonésie. Pour diminuer l’empreinte écologique du papier toilette, l’utilisation de fibres recyclées apparaît aujourd’hui comme la seule porte de sortie à l’extraction intensive de bois.

En attendant, voici qu’un nouveau gisement de cellulose se développe ces dernières années : le bambou, notamment exploité dans le région chinoise du Sichuan. Il positionne en effet ce pays comme un acteur à part entière de la production de papier toilette, notamment sur un segment haut-de-gamme et présenté comme durable. Les promoteurs du bambou, dont une partie de l’exploitation est labellisé FSC[5], soulignent ainsi sa faible empreinte écologique, du fait de sa pousse très rapide. Or en Chine, les bambous, herbes géantes et ligneuses, forment aussi des couverts forestiers. Ils offrent des habitats à de nombreuses espèces, dont les pandas qui s’en nourrissent. Des pandas, dites-vous ? Ça tombe bien. En plus du bambou, la production chinoise de papier toilette pourrait aussi compter sur une nouvelle filière très étonnante, si l’on en croit le Quotidien du Peuple, organe de presse du Parti Communiste chinois : les crottes de panda géant ! Ou plus exactement, les fibres de bambou qu’elles contiennent. Si cette annonce a de quoi laisser dubitatif, il reste tout de même possible de savourer la coïncidence. Car le panda, animal symboliquement important en Chine est aussi… l’emblème du WWF.

Article initialement paru dans FLUSH Magazine n°6 en 2020. Ilustration : (c) FLUSH Magazine


[1] Cette idée est exposée dans le fameux guide de Kathleen Meyer, Comment chier dans les bois.

[2] Le Monde, 21/03/2017. « La reconnaissance faciale contre l’utilisation abusive de papier toilette dans les WC publics. 

[3] Au IIème siècle avant JC selon Joseph Needham, 1986, Science and civilization in China. Selon les sources, la date varie grandement.

[4] Voir par exemple WWF, 2006, Tissue Scores. Green Peace, 2017. How Europe’s tissue giant is wiping away the boreal.

[5] Forest Stewardship Council



Citer ce billet
Marine Legrand (2022, 3 octobre). Le papier toilette, fenêtre sur globalisation. Aux toilettes... et après ? Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3sj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search