Les cabinets d’aisance de la boulangerie de la zone commerciale

Ce texte s’inscrit dans une série d’exercices de description des flux métaboliques à une échelle minimale, domestique, quotidienne. A ce niveau-là, le plus anodin : entrer dans le labyrinthe. Puis, en y mettant un pied, là, ouvrir vers les infrastructures et organisations afférentes. Aujourd’hui, la réponse se trouve sur le chemin du bureau : à l’entrée des toilettes de la boulangerie de la zone commerciale. Mais quel intérêt peut-il bien y avoir à décrire un cabinet d’aisance ?

Le 20 mars 2023

Ce matin, avant de rejoindre mon bureau, je fais une pause à la boulangerie de la zone commerciale des Pâturaux. Elle se trouve à à mi-chemin. Et il se trouve que cette boulangerie, toute neuve, est aussi dotée de deux tables hautes flanquées de tabourets et qu’il est possible d’y prendre un café. Et, de fait, comme le veut la réglementation, elle est aussi équipée de toilettes. J’avais d’abord dirigé mes pas vers le « bistrot du marché » (sic), qui ouvre sur la galerie commerciale du supermarché, mais c’est surtout un restaurant qui n’ouvre que sur l’heure du déjeuner. Cap, donc, sur la boulangerie.

Il fait très beau dehors, l’asphalte neuve rayée de blanc voisine avec une prairie, maintenue rase, dent creuse qui n’a fait l’objet encore d’aucun aménagement particulier. Le gérant du magasin bio voisin pense à y installer un jardin partagé, idée qui peut paraitre incongrue. En effet, sur la parcelle juste en face, c’est le funérarium qui vient de se poser près du rond-point dans sa boîte de tôle et de laine de verre. Et puis, plus généralement. Il y a là comme une dissonance. Voilà ce qui me traverse l’esprit, juchée sur mon tabouret, accompagnée d’un café long et d’un croissant au beurre dans son sachet en papier brun.

Les toilettes, comme la boulangerie, sont très neuves. Sur la porte, un panneau simple, une inscription : toilettes. A l’intérieur, un archétype. Pas une caricature, mais un modèle parfait de toilettes. Propres, vastes, et neuves. C’est cela qui me donne l’idée d’une description la plus minutieuse possible de ce lieu d’aisance.

La pièce est grande. Carrelage au sol, murs peints de couleurs neutres, porte gris mat. Au-dessus de la porte un détecteur de présence qui permet un allumage automatique de la lumière, sans interrupteur. La porte est équipée d’une poignée classique en métal. A gauche en entrant, un évier en céramique blanche émaillée, un flacon de savon pour les mains, liquide de couleur rose saumon. Un mitigeur. En-dessous, les deux arrivées d’eu, chaude et froide et leur robinet d’arrêt à poignée rouge. L’évacuation, nichée entre les deux, avec son siphon, œuf de plastique blanc. Le dessous de l’évier n’est pas émaillé, il y a des étiquettes aussi collées dessus. Coulisses.

Les toilettes, maintenant : siège de céramique blanche émaillée, comme le réservoir de la chasse d’eau. La lunette est en plastique blanc. A côté, une petite poubelle noire à couvercle gris, les bords d’un sac plastique dépassent sur les côtés. Derrière, l’évacuation, au pied de la cuvette, qui la relie au sol. C’est là que cela disparait une fois que l’on a actionné le bouton qui chasse d’un coup l’eau du réservoir dans la cuvette. Puis l’eau fait tourbillon pour évacuer les matières et liquides souillés via le siphon, dans le sous-sol. Chasse d’eau.

Voilà pour le principal. Restent les accessoires qui font partie du dispositif, aussi : le miroir au-dessus de l’évier, doté d’un cadre ouvragé de métal argenté. Autour de la cuvette, on trouve successivement : le distributeur de papier toilette, en forme de L inversé, sur pied, noir. Le papier toilette blanc, de qualité intermédiaire. La brosse dans son petit reposoir noir. Celle-ci a deux faces de formes différentes pour aller nettoyer dans les recoins. La cuvette est près du mur pour pouvoir installer une poignée de soutien pour qui en aura besoin pour s’asseoir, selon les normes d’accueil des PMR. Cela ménage un recoin, et c’est là que sont rangés les produits de nettoyage, dans une coupelle : un gel avec bec de canard[1] pour nettoyer sous le rebord de la cuvette : là où vient se répandre la chasse d’eau ; un spray pour nettoyer le siège, nommé « toilet seat cleaner », littéralement. Un troisième produit de nettoyage plus classique dans un grand flacon. Sur le réservoir de la chasse enfin, un désodorisant d’ambiance, à diffusion lente : flacon rempli d’un liquide coloré vert amande, et doté d’une mèche de diffusion.

Un panneau complète le lieu : sur fond rose, c’est la cuvette des toilettes elle-même qui parle. Personnifiée avec une bouche et des yeux, elle donne ses conditions, sur l’état de propreté à conserver, sur les produits interdits dans les toilettes, tels que lingettes, mais aussi, ici, les « ordures ». Qu’entend-t-on ici par ordures ? Il ne faudrait pas confondre les toilettes avec une poubelle quelconque. Esquisse d’invitation au tri sélectif ?

La description finie il ne reste plus, selon les conventions en vigueur, qu’à tirer la chasse d’eau, à se laver les mains et à sortir en écoutant le réservoir se remplir d’une dizaine de litres d’eau, bruit si familier qu’il en est presque rassurant.


[1] Cette forme de flacon est-elle une invention de la marque « canard WC » ? Il est en tout cas notable que la forme des flacons de nettoyage émerge de la forme de la cuvette : déduction dérisoire…



Citer ce billet
Marine Legrand (2023, 24 mars). Les cabinets d’aisance de la boulangerie de la zone commerciale. Aux toilettes... et après ? Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3sl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search