Frontières planétaires : quand la toile des relations se déchire

Frontières planétaires : Une image vue et revue. Un terme qui participe à la mise en circulation des enjeux liés, notamment, au détraquement des grands cycles élémentaires : celui du carbone, omniprésent sur les ondes. Mais aussi, plus discrets pour le moment, cycles de l’azote et du phosphore.

La surabondance d’azote et phosphore réactif dans la zone critique terrestre est à l’origine de l’eutrophisation des milieux aquatiques – c’est à dire de leur mort à petit feu, et révèle l’impasse dans laquelle se trouvent aussi bien les systèmes de production agricole intensive, que les systèmes d’assainissement centralisés. Une impasse parmi les autres.

Comme pour l’effondrement de la biodiversité, comme pour la catastrophe climatique et la mise en danger de l’eau douce, le détraquement des cycles de l’azote et du phosphore ont besoin d’un langage. Au-delà des chiffres, graphiques, flèches, tableaux, rapports. Au-delà des démonstrations, comment trouver les mots pour embrasser l’échelle planétaire des “problèmes” auxquels notre époque se confronte ? Parler ici de “problèmes” constitue bien-sûr un euphémisme.

Le dépassement des frontières planétaires signifie, nous disent les savants, que les conditions d’habitabilité des milieux qui abritent les humains sont remises en question de façon globale. Or habiter signifie en premier lieu : se loger, se vêtir, se nourrir.

Le dépassement des frontières planétaires, alors, c’est aussi bien un déchirement : ce qui se déchire, ce sont des relations. Des relations qui deviennent impossibles. C’est un amour qui se brise à force d’être malmené. Ce sont des maisons dont les murs s’effritent, des vêtements dont la toile se défait, des aliments qui perdent toute saveur et, à peine touchés, se désintègrent.

C’est une puissante panique. Comment la saisir ? Ne pas se laisser avaler ? Tout peut être tenté.


Hors de la piste des zones

Des abysses à l’espace anoxique.

Enorme, infinitésimale.

La distance de mes yeux à ta peau,

A ton enveloppe fluctuante, méduse particulaire,

A ton destin, au mien.

L’en creux qui nous délimite. Un sentier similaire à ce que parcourt le suc pour en venir aux feuilles, depuis les antres souterrains, depuis le cœur de la niche où tu te tapissais, menue, avant de prendre toute la place, en suspens dans les chairs.

Te voilà parvenue jusqu’au plus fin palais, celui qui saisit, qui sent, qui hume le grand dérapage.

La Zone Critique se fend, explose, se distord. Elle mord tous les plafonds et défigure leurs fresques.

Quelque chose reste perméable, pourtant, dans l’enveloppe du tissu qui nous lie.

Et je peux donc suivre encore avec délicatesse la décomposition du vif en mille onces sensibles.

Me fondre dans leur danse incompressible.

Parcourir du bout de la pulpe des doigts les méandres des orages Titans.

Sentir leur grande masse dure, drue, dressée,

Et tout autant atomisée.

A peine plus dense, encore, que la demi-vie d’une onde.




Citer ce billet
Marine Legrand (2023, 24 avril). Frontières planétaires : quand la toile des relations se déchire. Aux toilettes... et après ? Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3sm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search