L’algue mange : récit d’une ingestion

***

Voici un texte écrit pour l’exposition “Entre les algues”. Proposée par le collectif l’Assemblée des Noues, à l’abbaye de Saint-Maurice (Finistère), cette exposition organisée en mai 2023 s’est doublée d’une série de rencontres et d’explorations littorales, entre arts et sciences et savoirs locaux. Invitation à démultiplier les regards sur ces êtres encore mal apprivoisés…j’y ai contribué par le récit d’une ingestion. Mais qui mange, qui est mangée ? Incursion dans la série des poésies digestives…

http://lassembleedesnoues.fr/entrelesalgues


Brune, émeraude, glauque, sirène brillante avachie là, lente palabre, indistincte, translucide, gorgée de la force de l’abîme.

Rugueuse, elle se démêle, se déploie entre les doigts. Leur pulpe énumère ses bulbes, ses lobes.

Trempée dans plusieurs bains, eau, huile et piment, vinaigres doux où la saumure s’allège.

Elle divertit l’impatience, peaufine la surprise.

Quand viendra-t-il, le moment d’oublier ensemble qui nous sommes ?

Voilà. Elle me touche, elle s’immisce. Elle me glue et m’adsorbe, s’obstrue, me tapisse, me mélange, m’iode les papilles à mesure que je la mâche, que je la chique, qu’elle glisse sur mes gencives et crisse sous mes dents. A mesure qu’elle se calfeutre entre langue et palais, en confettis, qu’elle flotte au bord de ma salive.

Et lorsque je la déglutis… en elle, je me dissous.

Tout en bas, à présent…

Le premier pas se risque, la plante du pied glisse sur le plancher de l’esquif, esquive l’esquille et se cabre, esquisse un arc.

Un peu plus haut, la paume d’une main se pose sur l’arrondi d’un ventre au creux duquel sommeille une coquille. Ça pique, ça colle, ça frotte, ça fait des bulles, au fond de ce ventre où d’habitude on ne sent rien. Où règne, en temps normal, l’ataraxie[1].

Revoici l’algue. Que fait-elle dans mon ventre ? Elle digère ce qu’apporte mon sang à ses cellules grouillantes, et là dans l’outre pleine elle pousse peu à peu, mais sans encore toucher les bords. Si petite entité plongée au bain amniotique, juste assez salé pour elle. Du monde entier elle suce la sève qui lui arrive toute cuite. Au rythme pulsatile de nos marées internes.

Un parapluie s’ouvre, se replie. S’ouvre, se replie. La matrice palpite, capitule couvert de toute l’humilité possible et de toute la puissance. Délicate digitale, l’algue flotte là-dedans, tranquille, tandis que dehors cela part en furie, en fumigènes, en cris. Elle navigue, à peine mouvante, reliée à la paroi par le nombril ouvert. Presque ouverte à la vie par le vaste pétiole.

Et ensuite ? Et quand elle va sortir de là ?

Quitter le ventre et se glisser dans les mille méandres du fleuve…Devenir bouche ! Sur son chemin il y a aura un premier couloir où les murs résonneront bleu clair, puis un deuxième où il faudra se rapetisser pour ne pas se faire embrocher par la peau piquante des oursins. Puis un troisième où les borborygmes des cailloux l’assourdiront entièrement. Puis, il sera question de prendre une forme ferme, du plus bas de ce corps bien à elle, jusqu’à son autre extrémité. Puis de se laisser porter jusqu’à une confluence. Et, enfin, de s’agripper au fond.

Là, maintenant, elle s’ouvre, se replie. S’ouvre, se replie. Et dévore au passage ce qui glisse minuscule au travers de ses flancs faits de longs doigts goulus. Elle prend toutes les postures possibles. Elle s’étale en dedans du delta. Elle en tapisse les bords.

Il faudrait qu’elle mollisse encore.

Le temps de se couler en douce sous le pas d’une porte.

Le temps de prendre corps dans un nouvel espace : celui de la parole.

Or, quand les babils informes se changent en bâillon par la force du nombre, on découvre que là, tout au fond du bassin bruissant, elles sont plusieurs, elles sont des myriades, elles se répandent en tapis doux, mou, glissant, c’est-à-dire en un mot, gluant.

L’algue multipliée pousse ses calmes cris chlorophylle, dans ce bassin bien rond, juste à sa taille, finalement. Elle fait la planche, elle nappe de sa chair émeraude, c’est-à-dire ferrugineuse, jusqu’aux rebords du monde.

Elle se répand tant qu’on la laisse dans le volume sans borne à sa disposition.

Cela produit à force des milliers de galaxies dégoulinantes.

Tartare de terre hachée sur pain peu cuit.

Molle la mie, comme la bouche qui se remplit.

Oh ! Passé un certain seuil, voilà que cela dérape.

Les algues bourgeonnent, drageonnent, bourdonnent, presque, et tout cela outrageusement. Voilà qu’elles s’agglutinent et qu’elles débordent. A l’embouchure du fleuve, là où la somme humaine crache sa sève surchargée, ses boueuses régurgitations, toutes les eaux de lessive de la machine puissante qui broie les chaumes, retourne l’horizon, chahute jusque au moindre débris de microbe accroché à l’argile. Voilà qu’en trop de sauce de mots-monstres, nous les accommodons pour les cerner, les circonvenir.

Pourtant les grandes salades ont leurs facteurs de croissance connus, leurs limites bien à elles.

Je voudrais revenir à sa rencontre, à la fraicheur du tout début.

Là où elle se glue, je tente encore de la mélanger à ma propre substance. Mais je découvre que c’est pour m’avaler moi-même. Je la remâche, l’algue, je la chique à nouveau, mais cette fois, c’est ma propre salive verte d’un âpre jus salé que je déglutis. Incapable de la recracher.


[1] L’ataraxie désigne l’absence de sensations particulières, forme muette du bien-être physique.



Citer ce billet
Marine Legrand (2023, 5 juin). L’algue mange : récit d’une ingestion. Aux toilettes... et après ? Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3sn

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Raymonde Jégoudez dit :

    Merci à vous, Marine Legrand, pour ce texte très poétique et débordant d’imagination sur les algues. Je ne vais pas manquer de le partager comme vos six histoires de toilettes.
    Au plaisir de continuer à vous lire.
    Raymonde
    PS : publiez-vous vos textes (et dessins aussi ?) sur papier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search