Désodoriser

Scène introductive.

C’était aux alentours de 2015. Je lisais, installée à la bibliothèque du Muséum depuis une heure. Au bout d’un certain temps, comme cela arrive très logiquement à toute personne installée un long moment pour lire assis sur une chaise, j’ai eu envie de faire pipi. Les toilettes étaient au centre du bâtiment, près des escaliers. Peu de place leur était accordée. Là, en entrant dans le petit cabinet bas de plafond, l’odeur m’a assaillie comme une marée épaisse.

Pamplemousse.

Un parfum synthétique capiteux. Cette odeur avait une texture, presque agressive pour les bronches à force d’avoir saturé l’air. La pièce minuscule et sans fenêtre, apparemment peu ventilée, se rétrécissait encore du fait de cet air raréfié. Air tuméfié, toxique. A la limite du respirable.

Je respire par la bouche pour éviter la nausée et le mal de tête. Ils s’annoncent quand même. Je coupe ma respiration, et dès que possible m’enfuis d’un pas rapide vers la salle de lecture aux hautes baies vitrées, qui donne sur le jardin. Soulagement.

J’ai prévu de rester tout l’après-midi à ma table d’étude. Il faut donc, à un certain point, que je retourne aux toilettes. Alors, la fois suivante, prenant une grande inspiration avant d’entrer, je m’attarde un peu pour trouver la source de l’odeur. Elle est là, accrochée au sommet du mur. Une boite blanche, verticale. Je la regarde fixement, tâchant de comprendre. Je n’ai jamais vu cela auparavant.

La boite clignote. Elle est percée d’un petit orifice. Et c’est de cet orifice que soudain, sort un pschitt. L’orifice s’exprime. Il émet un panache de fines gouttelettes parfumées au pamplemousse synthétique. Voici donc un distributeur automatique de parfum dans une pièce minuscule, sans fenêtre et à l’aération défaillante. Comment peut-on en arriver à une telle extrémité ? Fallait-il que l’atmosphère de ces toilettes soit si gravement empuantie que les gestionnaires du lieu fassent le choix de rendre l’atmosphère aromatisée jusqu’à l’asphyxie ?

A moins qu’il ne s’agisse seulement de l’évolution de l’offre de l’entreprise de nettoyage, à laquelle l’entretien des sanitaires de la bibliothèque, comme des autres espaces du musée, a été confiée.

Supprimer ou apprivoiser les odeurs du corps ?

Le verbe “désodoriser” semble être apparu au 19ème siècle (selon le CNRTL). D’abord employé pour évoquer les produits dont on a supprimé l’odeur, tels que le pétrole, il est ensuite utilisé pour évoquer la suppression des odeurs dans l’air d’une pièce, à l’aide de produits qui sont eux-mêmes en général odorants.

De fait il s’agit donc plutôt de masquer une odeur, considérée comme mauvaise, par une autre, plus appréciée. Depuis cette époque, où le camouflage des odeurs corporelles au profit d’autres fragrances plus admissibles s’impose, une foule d’approche, de techniques et de produits été développés, notamment intégrées à un secteur à part entière de l’industrie des produits d’hygiène.

La désodorisation fait partie des gestes qui répondent à la transformation des imaginaires olfactifs dans la période moderne. Ainsi, rejet des odeurs animales au profit des odeurs fraiches et florales au 19ème siècle, en lien avec l’essor du mouvement hygiéniste, a bien été racontée par Alain Corbin, dans son ouvrage clef Le miasme et la jonquille. Et aujourd’hui, où en est-on ?

Le secteur de la désodorisation ne cesse, semble-t-il, de se développer, de se diversifier, conquérant de nouvelles formes, de nouveaux supports (le papier toilette, les vêtements…), de nouveaux lieux (les rues elles-mêmes). Dans le même temps, en rupture avec cette tendance à l’asepsie re-parfumée, de nouvelles pratiques domestiques apparaissent aujourd’hui en lien avec une série d’enjeux écologiques. Ainsi, la mise au ban des produits “chimiques” à la maison et plus spécifiquement des parfums de synthèse.

Il conviendrait donc de dresser le panorama de ces pratiques pour mieux comprendre les rapports, sans doute plus contrastés qu’on pourrait le penser, qu’entretiennent nos contemporains avec la question des odeurs du corps et de leur apprivoisement quotidien. Une telle étude devrait se pencher plus spécifiquement sur le marché des désodorisants lui même, ses ambitions, les outils sur lesquels il s’appuie pour poursuivre sa croissance. Au premier rang desquels figure, évidemment, la publicité.

Par ailleurs, pour revenir plus spécifiquement à la question de l’assainissement écologique, qu’en est-il chez ceux et celles qui utilisent des toilettes sèches, et non des toilettes à eau ? La chasse d’eau, en plus de permettre le transport des matières en dehors de l’habitat, a en effet le grand mérite de constituer un “bouchon d’odeur” efficace. Dès lors, comment les personnes équipées de toilettes sèches ou qui collectent l’urine à la maison gèrent-elles la question de l’odeur ?

Quelques hypothèses déjà : ce sont d’autres techniques qui entrent en jeu (l’ajout de copeaux, la ventilation, le nettoyage soigneux des lieux), d’autres univers olfactifs qui sont privilégiés (le bois, les huiles essentielles…). Mais à cela s’ajoute également très probablement une transformation des rapports aux odeurs : ainsi, comme le montre la scène qui introduit ce billet, les parfums de synthèse produits explicitement pour sentir bon, ont le potentiel de provoquer autant si ce n’est plus de dégout que les odeurs de transpiration, de pied, de pipi, etc.

A partir du moment où il est entendu que les perceptions sensorielles interagissent profondément avec les imaginaires et les normes sociales, et considérant que les uns, comme les autres, sont dotés d’une certaine dose de volatilité…il est donc possible d’en discuter. Et vous, quelles odeurs aimez vous ? Lesquelles détestez vous ? Lesquelles vous dégoutent absolument ?



Citer ce billet
Marine Legrand (2023, 20 septembre). Désodoriser. Aux toilettes... et après ? Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3sr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search