Qui mangera ces épluchures ?

Voici un récit composé d’épluchures. Car les histoires se compostent aussi, dans la mémoire, sans cesse, elles fermentent…

Son point de départ : le désarroi d’une vacancière face à son tas d’épluchures dont elle ne sait pas quoi faire, compte tenu de l’impossibilité éthique de simplement les jeter à la poubelle. Que faire, alors, de ce tas ? Et quels questionnements plus larges soulève cette prise de décision banale ?

Des épluchures et une colonie de fourmis

Cet été, j’ai élu domicile pour quelques temps dans un coin de Sierra en Espagne, un site merveilleux de moyenne montagne, dédié à l’escalade et à la randonnée, mais… où aucun tri des déchets n’était pratiqué. Que faire de nos épluchures ?  Sans y penser encore car nous n’avons pris aucun repas, je range les provisions dans un tiroir du coin cuisine. L’après-midi, nous allons nous promener après la chute des grosses chaleurs. Le soir en rentrant, surprise… dans le tiroir aux provisions, des centaines de fourmis minuscules se sont attaquées aux provisions et notamment au pain, dans lequel elles se sont profondément enfoncées, jusqu’à rester pour certaines, coincées dans les alvéoles. Elles sont partout, partout.

Je me souviens à ce moment-là qu’en arrivant j’ai aperçu au sol, dans la maison, quelques colonnes de fourmis, de toutes petites fourmis rouges, qui gambadaient, elles me donnaient alors l’impression de se promener là comme elles l’auraient fait ailleurs, elles me faisaient l’effet d’une continuité entre l’extérieur et l’intérieur de la cabane… Elles cherchaient là des choses intéressantes comme elles l’auraient fait ailleurs et la cabane était en quelque sorte sur leur chemin, sur leur domaine. Je me suis souvenue aussi que dans notre logis, nous avions trouvé en arrivant une énorme bombe insecticide. 50 cm de haut, un intense coloris violet parsemé d’ombres géantes de de moustiques, de mouches…de fourmis. Je ne m’en suis pas servi. Je me suis contentée de mettre toutes mes provisions au frigo. Une heure après, une fois les dernières miettes évacuées, les fourmis avaient disparu du tiroir.

Revenons maintenant aux épluchures. Que faire de ces dernières ? Le gîte était entouré de pelouses calcaires asséchées, parsemées de buissons, de pierres. Paysage plutôt aride. Mais des chèvres sauvages vivaient dans les parages, parsemant les alentours de la terrasse de leurs petits amas de crottes. Des chèvres. Et des fourmis. Voilà un bon public pour consommer quelques épluchures et restes de repas humains. Restait à faire quelque chose de propre, pour que les suivants ne se retrouvent pas avec un tas d’ordure au pied de leur fenêtre. Nous avons trouvé un compromis : une partie des restes fut dispersée loin du logis, l’autre fut déposée sous un buisson et recouverte de gros cailloux.

Raisonner dans l’impasse éthique

” Mais, s’exclame une petite voix au fond de ma tête, si tout le monde faisait comme vous, imaginez le résultat ! La montagne finirait en tas d’ordures nauséabondes, dans lesquelles fouilleraient les chèvres, mais aussi les chiens errants, et surtout les rats…Cela n’est pas correct ni convenable, ma brave dame ! “

Et pourtant. Voici une occasion pour reprendre la question des épluchures à la racine. Pour revenir au point de départ de la gestion des déchets. Ne pas considérer comme une évidence leur évacuation et leur concentration lointaine dans des grandes unités de traitement…

C’est la même chose que pour les excréments. D’abord on mélange tout, puis on évacue, et enfin seulement on se pose la question du traitement. Mais à partir du moment où l’on trie à la source, la question de l’évacuation des déchets, et de leur traitement ne se pose plus du tout dans les mêmes termes.

Voici, en fin de compte, une situation d’impasse éthique. En effet aucune solution satisfaisante ne se présentait facilement à propos de ce petit tas d’épluchures :

J’aurais pu mettre mes restes dans un sac poubelle pour qu’ils soient déposés en décharge, une fois putréfiés en mélange avec des emballages divers, après un long transport en camion.

J’aurais pu les conserver dans un seau hermétique, que j’aurais ensuite rangé dans le coffre de ma voiture, jusqu’à mon retour chez moi une semaine plus tard. Par 35°c à l’ombre tout au long du voyage, c’était courir un certain risque pour l’intégrité de mon véhicule. A moins de maitriser la technique du Bokashi qui consiste à faire lacto-fermenter les déchets alimentaires de manière à éviter les émanations de méthane, ce qui permet de reporter le moment de les déposer sur un site de compostage, sans conséquences olfactives. Mais je ne maitrise pas cette technique.

J’aurais pu chercher, via l’accueil du gîte où les quelques personnes que je connaissais sur place, un site pour composter mes épluchures. Peut-être même que le lieu d’accueil lui-même, qui était associé à un restaurant, compostait ses déchets alimentaires, sans en informer ses clients. Mais je n’ai pas tenté de leur parler du sujet. Déjà que je les avais alerté la veille de la fuite de la chasse d’eau et de l’évier bouché…

J’ai adopté la solution la plus immédiatement disponible et qui me semblait à peu près cohérente du point de vue du devenir des matières. Faire un tas au pied d’un buisson et attendre que les fourmis viennent le manger. Néanmoins, c’est une approche assez individualiste, tant il est vrai que si tout le monde faisait cela, pendant toute la saison du gîte…

Plus largement, milliards que nous sommes, nous ne pouvons pas toujours nous disperser suffisamment à la surface d’un globe devenu trop petit, pour pouvoir faire confiance aux fourmis et aux chèvres ou encore aux vers pour se repaître des reliefs répandus au sol de nos repas trop copieux…où sont passés les petits coins de terre meuble pour permettre à tout le petit monde de digérer nos restes…?

Dans une telle situation, que pouvons-nous donc faire de nos épluchures ?  A quelle échelle méritent-t-elle d’être regroupées pour trouver un devenir en concordance avec les cycles des milieux de vie, sans en distordre à l’excès leurs rythmes habituels ?

Ainsi, face à un petit tas d’épluchures, il ne convient pas de raisonner comme si l’on était seul. En effet, dès qu’on rajoute de la matière dans un milieu, cela modifie ce dernier. Voici des fourmis qui profitent des visiteurs humains dans leur coin de pays. Elles naviguent dans la maison en attendant le touriste avec impatience, tout en risquant de se faire gazer.

A cela s’ajoute le fait qu’un geste semblant dérisoire, mais répété par des millions de gens au même endroit, peut engendrer un impact massif.  Un pas sur une corniche. Un galet que l’on emporte dans sa poche pour le poser sur le rebord de sa cheminée. Un tas d’épluchures enterré au pied d’un arbre.

Alors, voilà ce qui reste à faire, dans la Sierra comme ailleurs : trouver la bonne échelle pour la mise en commun des restes, et le retour au sol de ce qui lui appartient.



Citer ce billet
Marine Legrand (2023, 20 septembre). Qui mangera ces épluchures ? Aux toilettes... et après ? Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3ss

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search