Ethnosciences et scatologie

« L’Homme a sept trous. Chacun doit avoir son odeur. Et puis il y a les faux trous, le nombril, les oreilles, qui ont aussi leur odeur ». A.G. Haudricourt, ethnologue qui a marqué l’histoire pour ses travaux sur la domestication, conclue ainsi une courte intervention au séminaire d’ethnomédecine du Muséum, le 12 novembre 1987[1]. Cette importance des odeurs humaines, celles des orifices, celles des excrétats aussi, dans les phénomènes de domestication, est également évoquée dans une note de deux pages d’ethnozoologie. Cette dernière est consacrée au rôle des excrétats dans la domestication animale.

Haudricourt y met bout à bout une série de faits, relatés par les ethnologues, rendant compte des phénomènes mettant en relation excrétion et animaux domestiques. Sans théoriser très avant, il esquisse. Sa conclusion est d’ordre comparatif : il estime que la place des excrétats, et des odeurs des corps devrait être mieux étudiée, pour pouvoir mieux distinguer les différentes formes de domestications d’une société à l’autre.

Voici une tentative de reformulation d’une partie du propos tenu dans cette note, pour en actualiser l’intérêt : avec dans l’idée de mettre en avant, plus largement, l’intérêt de faire une plus grande place aux excrétats dans l’étude des relations des sociétés humaines à leurs milieux.

Commençons : un ethnologue[2] cité par Haudricourt relate dès les années 1930 que la domestication des rennes dans les régions hyperboréennes pourrait être liée à leur intérêt pour l’urine humaine, et surtout le sel qu’elle contient. Cette consommation a pu les amener à s’habituer aux odeurs humaines.  Quid, dès lors, de la domestication des ruminants en Europe et ailleurs ? A-t-elle suivi le même chemin ? Haudricourt ne propose pas de piste sur le rôle qu’auraient pu jouer, ici, les excréments humains. Il souligne à l’inverse l’intérêt des humains pour les excrétions (mais aussi les sécrétions) des ruminants, à savoir les bouses, qui servent non seulement d’engrais mais aussi notamment d’enduits. Il évoque aussi le lait, évidemment, ouvrant une piste annexe à sa réflexion, que nous laisserons ici de côté.

Haudricourt note également que les chiens et les porcs sont scatophiles, et même scatovores. En effet ils sont attirés par, voire consomment les excréments humains. Il évoque ici des récits ethnographiques selon lesquels, pour aller faire ses besoins à l’écart, en Asie du Sud-Est et en Océanie, il est courant d’emmener avec soi un bâton, pour éloigner les cochons et les chiens (parce que les excréments les attirent). Cette attirance, de même que celle du renne pour l’urine, peut amener à l’hypothèse d’un rapprochement, d’une habituation, de ces animaux vis-à-vis des groupes humains, participant à leur domestication (il parle ici d’auto-domestication).

Domestiqués, le porc et le chien ont été utilisés comme éboueurs : c’est évident pour les porcs en Europe, dans les villages, les cours des fermes, mais aussi jusque dans les rues des villes. A l’époque médiévale, ils y consomment les déchets organiques, parmi lesquels les excréments. C’est clair aussi en Asie, où, à l’époque Han, on trouve des représentations de latrines-porcheries construites au sous-sol des maisons. Les chiens ont joué ce rôle d’éboueurs au Proche-Orient.

Les humains consomment-ils ces animaux scatovores ? Oui, mais pas partout. Ainsi, Haudricourt note que les chiens ne sont pas consommés en Europe et que ni les chiens ni les cochons ne le sont au Proche-Orient, les seconds en raison des interdits locaux anciens repris par le Judaïsme et l’Islam.

Terminons par évoquer l’utilisation des excréments humains, à l’instar de ceux des autres animaux domestiques, pour fertiliser les terres, courante en Europe jusqu’au 19ème siècle et fortement répandue en Asie jusqu’à une époque beaucoup plus récente.

Pour résumer, urine, lait, bouses et autres odeurs des orifices corporels… Les sécrétions, ainsi que les excrétions, ont une place, parfois importante, voire déterminante dans les processus de domestication. L’émergence, au fil du temps, de tissus de relations matérielles et symboliques entre les sociétés humaines et les autres animaux, ceux qui ont été ou plutôt qui se sont domestiqués auprès d’eux, passe par ces différents fluides et leur circulation entre les corps. Ces relations ont une dimension sensorielle évidente, au niveau olfactif en particulier.

Deux idées à retenir ici : la première – cette importance va au-delà de la question de savoir si les excréments sont utilisés ou non, et pour quoi faire. En effet, ces derniers sont également porteurs de signifiants. La deuxième : les autres animaux s’intéressent aux productions humaines, en profitent, y trouvent du sens, et pas seulement l’inverse.

Alors que les productions corporelles, et parmi elles les plus dégoutantes et secrètes, passionnent de plus en plus de savants et d’artistes, l’ethno-scatologie a encore de beaux jours devant elle.

Référence : Haudricourt, André-Georges. 1987. Note d’ethnozoologie. Le rôle des excrétats dans la domestication. L’Homme, avr.-sept. 1987, XVII (2-3), pp. 125-126.


[1] https://www.canal-u.tv/chaines/videotheque-smm/seminaire-d-ethnomedecine-cnrs-mnhn-paris-ag-haudricourt-et-la-scatologie

[2] V. G. Bogoraz-Tan, « Reindeer-Breeding », in The Problem of the Domesticated Animals (en russe ; résumé en anglais), Leningrad, Éd. Akademia Nauk, 1933 : 219-251



Citer ce billet
Marine Legrand (2024, 3 janvier). Ethnosciences et scatologie. Aux toilettes... et après ? Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf37

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search